[]

Monogamies - Comment une chanteuse country a fucké ma vie sexuelle

Accueil du site > Musique > S > SUPERHUMANOIDS

Exhibitionists

SUPERHUMANOIDS

Innovative Leisure

mardi 3 décembre 2013, par Nicolas Pelletier

(2.5/5) Au début de ce disque des Superhumanoids, on est intrigué. La chanson Black Widow utilise le "hello" du célèbre tube de ce printemps signé par Martin Solveig & Dragonette mais dans un mode complètement vaporeux. Mais qu’est-ce qu’on a là ?

Dès la chanson suivante, Geri, un virage brusque. Pop 80. Voix douces d’été à la Niagara des premiers albums, presque Kajagougou. Deux petites minutes et on passe à autre chose. Canteen est une pièce qui emprunte davantage au mode new wave. On pense New Order. Un peu Belle & Sebastian au niveau de la mélodie, cette fois chantée par le mâle du duo, Cameron Parkins. Un peu mou, même si pas mauvais.

Suit So Strange, un morceau encore une fois très pop 80, dans laquelle la voix de la demoiselle, Sarah Chernoff, peine à trouver une mélodie accrocheuse. Un peu à la Audra ou Mozart’s Sister, en plus shoegaze. Après cinq chansons, ceux et celles qui apprécient la musique lourdement influencée par les années 80, autant Bananarama (Free State, légèrement teinté de reggae) que New Order, poursuivront leur chemin avec ces Superhumanoïds. Les autres auront bifurqué vers de nouvelles contrées.

Le quartet de Los Angeles, complété par Max St John et Evan Weinerman, a réalisé lui-même son premier album, mais confié le mixage à Ariel Rechtshaid (No Doubt, Usher, Cass McCombs, Vampire Weekend) et Doug Boehm (GIRLS, Guided By Voices).

- Desc. : Électro pop new wave
- R.S.V.A. : Violens, Deastro, Duran Duran

Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0