[] [] [] [] [] []

Les Criquets Crinqués (CISM 89,3 FM)

Accueil du site > Musique > S > SUPERCILIOUS

Next Time We Go Sublime

SUPERCILIOUS

(Monopsone)

vendredi 17 février 2006, par Arnaud Cordier

Loin de casser une lignée hybride que les années 1990 ont lancée en coups d’essais généreusement fructueux, Supercilious alias Alexandre Vaudin surprend efficacement sur son premier essai, Next time we go sublime et ravive par la même occasion l’intérêt qu’a su insuffler l’écurie d’un Thomas Morr, par exemple. Seul à la barre, Vaudin distille son électronica en lui attribuant tantôt des traits humains par l’entremise de Yucky Yummy (fille de l’air locale au timbre éthéré) tantôt des allures futuristes. Le risque dans ce genre d’entreprise étant de sombrer dans la stérilité de facéties simplettes et répétitions écœurantes de la nymphe chantant la triste froideur de son désarroi, Supercilious entretient naturellement d’excellents rapports entre le nanisme « glitch » et la cassure hypnotique du « break-beat », un diptyque certes pas révolutionnaire, mais audacieux. À l’orée de Bowery Electric (indéniable sur Matriarcal Society) et de Mùm, Next time we go sublime pourrait donner quelques idées tant à Mœbius qu’à Lynch, une réussite basée sur des artefacts toujours aussi fascinants lorsqu’ils sont aussi bien modelés. Alors que Morr Music subit sa première crise de confiance, Monopsone nous porte à croire que le flambeau a trouvé preneur, l’étiquette mancelle ajoute une corde à son arc dont la portée ne cesse de croître. AC

- Desc. : Laptronica.
- R.S.V.A. : Bowery Electric, Mùm, Micro:Mega.

Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0