[] [] [] [] [] []

Les Criquets Crinqués (CISM 89,3 FM)

Accueil du site > Musique > S > STOLTZ, KELLEY

To Dreamers

STOLTZ, KELLEY

Sub Pop

lundi 14 février 2011, par Éric Dumais

(3/5) La réputation de la célèbre étiquette de disques américaine Sub Pop n’est pas sur le point de s’effriter : le quatrième album de Kelley Stoltz, intitulé To Dreamers, vient de rebondir dans les paniers, et force est d’admettre qu’il a été réalisé avec une ambition démesurée et un style déjà fort appréciable. Et il rend d’ailleurs hommage au slogan de cette étiquette basée à Seattle, aux États-Unis : « We’re not the best, but we’re pretty good. » En effet, cet album n’est pas le meilleur album rock de la dernière décennie, mais il est bon. Très bon même.

Le nom de Kelley Stotlz commence à circuler davantage aux États-Unis, mais surtout dans les rues de San Francisco, où on le reconnaît comme étant le parrain de la musique post-punk à saveur pop (similaire à Thee Oh Sees, Sonny & the Sunsets et The Fresh and Onlys). Mais les principales influences de Kelley Stotlz sont plutôt rangées du côté de Ray Davies (pour l’incroyable « vibe » qui se dégage de ses mélodies), Brian Wilson (pour le chant énergique et harmonieux de ses vocalises), et Gene Clark (pour la beauté et l’esthétisme de ses chansons à saveur pop acoustique, surtout celles composées au tournant des années 70).

À proprement parler, To Dreamers est un opus fort accessible, en raison de sa simplicité et de son charme irrésistible. On y retrouve tous les ingrédients nécessaires pour concocter une recette bien réussie : un chant un rien éraillé, saupoudré de guitares électriques funky juste assez bien assaisonnées, et des rythmiques enlevantes grâce auxquelles on peut brasser le tout d’une main de maître. La première pièce de l’album, Rock & Roll With Me, donne un bon coup de pied à celui qui refuse de danser, et réjouit par le fait même ceux qui sont déjà sur la piste de danse. Ensuite, le tempo se relâche avec Pinecone, une pièce un peu plus tranquille, qui offre une parfaite cohésion entre le côté plus « wild » et celui plus « smooth » de l’artiste.

- Desc. : Garage/folk/post-punk
- R.S.V.A. : Elliott Smith, Spoon, The Soft Boys

Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0