[]

Monogamies - Comment une chanteuse country a fucké ma vie sexuelle

Accueil du site > Musique > S > STEREOLAB

Not Music

STEREOLAB

Drag City

mercredi 8 décembre 2010, par François Crevier

(4/5) Stereolab ne devrait plus avoir besoin de présentation. Ce groupe londonien a une dizaine d’albums derrière la cravate, parmi lesquels on retrouve des chefs-d’œuvre comme Dots and Loops, Margerine Eclipse et Emperor Tomato Ketchup qui, à défaut de leur avoir procuré un certain succès, les placent comme l’une des formations les plus influentes des années 1990 et 2000. Cela évidemment met la barre haute pour chaque nouveau disque, mais il faut dire que Stereolab n’a pas l’habitude de décevoir.

En 2008, le groupe nous a offert l’album Chemical Chords, un album qui a été relativement bien accueilli par les critiques. Durant l’enregistrement, le groupe a produit énormément de matériel de grande qualité et a même dû en laisser de côté, faute d’espace sur l’opus.

Ce n’est que deux ans plus tard, après que le groupe ait annoncé une petite pause sabbatique, que paraît Not Music, en quelque sorte le petit cousin de Chemical Chords. Malgré que sur le site de Drag City l’album soit présenté comme le « best of the rest », il faut bien voir que cet album n’a rien d’un restant de la veille et a plutôt tous les traits d’un repas copieux. Composé de 13 titres, Not Music a les qualités qu’on attribue généralement à un album de Stereolab : forte présence des synthétiseurs, rythmiques parfois pop, parfois jazz, parfois krautrock ; on nous entraîne dans des paysages kaléidoscopiques avec une nonchalance enjouée !

D’ailleurs, la pièce « Everybody’ weird except me », qui ouvre l’album, est absolument délicieuse et nous lance tout de suite dans une ambiance sympathique et désinvolte qui est soutenue tout au long du disque. L’album comprend aussi deux versions remixées pas piquées des vers, soit les pièces Neon Beanbag (remixée par Atlas Sound) et Silver Sands (remixée par Emperor Machine). Cette dernière, placée au cœur de l’album et durant plus de dix minutes, se veut en quelque sorte la pièce de résistance.

Au final, le seul véritable défaut de Not Music est son titre, car nous sommes bel et bien ici en présence de musique avec un grand M.

- Desc. : Post-rock-lounge
- R.S.V.A. : Laetitia Sadier, Röyksopp, Air

Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0