[]

Les Criquets Crinqués (CISM 89,3 FM)

Accueil du site > Musique > S > SOUNDTRACK OF OUR LIVES, THE

Communion

SOUNDTRACK OF OUR LIVES, THE

Yep Roc

mardi 24 mars 2009, par Nicolas Pelletier

(2.5/5) Les suédois de TSoOL reviennent à la charge avec rien de moins qu’un album double sur étiquette Yep Roc, après cinq albums parus sur Telgram entre 1996 et 2005. Vingt-quatre chansons qui prennent leur place sans complexe, étendues sur 3, 4, 5 ou même 6 minutes de rock viril mais tranquille (Babel On). Préparez-vous à un flashback : on replonge directement dans les années 1970 avec cette « Communion ».

Ce groupe basé à Göteborg est parfois un peu pompeux dans la forme : ils lancent des débuts de séries d’albums (comme le « Origin Vol. 1 » en 2004), puis maintenant un double… Il faut par contre admettre qu’ils livrent la marchandise. Menés par le chanteur Ebbot Lundberg, ils produisent de solides chansons où se mélangent harmonies célestes (Universal Stalker) et rock plus musclé, un peu comme s’ils étaient la version rock 70 de ce que fait Sigur Rós. Comme cet autre groupe du Nord, The Soundtrack Of Our Lives sont capables de passer de façon fluide d’ambiances musclées à subtiles. La différence essentielle étant la voix de Lundberg et les harmonies vocales (Just A Brother, avec clavecin, à la Moody Blues) beaucoup plus « rock 70s », parfois à la limite du cliché, ce qui coupe un peu dans l’originalité. À d’autres plus rares moments, ce sont des mélodies et harmonies vocales à la Sloan (l’accrocheuse Flipside, sur le 2e CD) qui rencontrent des guitares à la U2 (The Ego Delusion).

Les guitares électriques sont bien présentes chez TSoOL. Elles volent souvent la vedette avec des soli flamboyants (Ra 88) et des riffs imposants. À la longue, on se tanne un peu de tout ce « show de boucane » et on apprécie les moments plus calmes, comme la belle Second Life Replay, à la Pink Floyd période « The Wall », où l’on peut apprécier la beauté de la mélodie et de l’émotion parce que davantage épurée. De très rares fois, TSoOL élève le niveau, comme sur la toute dernière des 24 chansons, The Passover, qui se termine en chorale, avec orgue. Une belle finale.

Plusieurs références directes aux années 70 surprennent : Thrill Me sonne comme du Grand Funk Railroad et aurait pu sortir tel quel en 1976 sans que personne ne soit surpris. Plus loin, Mensa’s Marauders sonne comme du Yardbirds vitaminé. C’est ce qui fait que d’une manière générale, on accroche plus ou moins à ce que fait TSoOL : trop de déjà entendu, pas grand-chose de nouveau au moulin. Le second CD est plus relax que le premier, mais pas nécessairement plus original. C’est bien fait, mais c’est loin d’être renversant.

- Desc. : rock 70s
- R.S.V.A. : Pink Floyd, The Who, Super Furry Animals

Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0