[] [] [] [] [] []

SALON DU DISQUE ET DES ARTS UNDERGROUND DE MONTRÉAL

Accueil du site > Musique > S > SOMEONE STILL LOVES YOU BORIS YELSTIN

Tape Club

SOMEONE STILL LOVES YOU BORIS YELSTIN

Polyvinyl

mercredi 16 mai 2012, par Nicolas Pelletier

(3.5/5) Album pour le moins déroutant de la part d’une formation au nom étrange. On y passe de pop soyeuse (Let’s Get Tired) au folk lo-fi (What We’ll Do) avec quelques éléments perturbateurs placés à des endroits stratégiques (la Beatlesque The Clod and the Pebble).

Mené par les amis d’enfance Will Knauer et Philip Dickey, le quatuor de Springfield, au Missouri, a de belles qualités : originalité, musicalité, simplicité. Quelques mélodies sont franchement agréables, comme Song W + Song L, qui vire en comptine à la Velvet. Someone Still Loves You Boris Yelstin a aussi quelques défauts : manque de fini, manque de constance. Comme certaines des 26 (!) pièces semblent avoir bénificier de plus de temps en studio (la pop agréable de Sweet Owl), on n’arrive pas à savoir si c’est par choix artistique qu’ils ont laissé certains morceaux sans finition ou par manque de budget et/ou de temps.

C’est ce qui fait qu’on se demande où tout cela s’en va. Hormis ces considérations, il faut admettre que Knauer et Dickey savent écrire de bons airs accrocheurs, à l’instar de Badly Drawn Boy, The (Real) Tuesday Weld et feu Elliott Smith. Ils ont définitivement bien étudié la méthode de Ray Davies (Kinks), John Lennon et Syd Barrett (voir Spinning Sea) puisque ses chansons ont un petit quelque chose de ces trois grands compositeurs. Ça pioche parfois un peu trop sur les guitares (souvent acoustiques mais parfois électriques comme sur Lower the Gas Price, Howard Johnson) et SSLYBY aurait avantage à développer plus de subtilité dans son jeu qui, autrement, est parsemé d’efficaces progressions d’accords (Go Upstairs).

Pour la petite histoire, notez que Someone Still Loves You Boris Yeltsin ont joué en Russie en 2007, quelques mois après le décès du premier Président russe qui avait mis fin à l’U.R.S.S. en décembre 1991.

- Desc. : Indie folk rock
- R.S.V.A. : Two-Minutes Miracle, The Shins, Elliott Smith

Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0