[]

Les Criquets Crinqués (CISM 89,3 FM)

Accueil du site > Musique > S > SOFT HILLS, THE

Departure

SOFT HILLS, THE

Tapete

lundi 15 septembre 2014, par Nicolas Pelletier

(3/5) The Soft Hills portent bien leur nom : leur musique est un rock soyeux qui grimpe doucement en intensité puis redescend au calme (The Golden Hour). Le chant de Garret Hobba est lui aussi doux et calme (Black Flowers), comme on l’entend rarement chez les groupes indie rock de ce genre. The Soft Hills est presque un mélange d’Interpol et d’Air Supply !

Les guitares s’emportent tranquillement ici et là, un peu à la Radiohead des premiers albums, mais sans le panache d’un Jonny Greenwood (Road to the Sun). Le chant de Hobba demeure l’élément central des Soft Hills. C’est lui que le band suit puisque c’est l’élément fort du groupe. C’est lui qui amène le groupe à de jolis sommets (The Fold) qui permettent de mettre en valeur tous les musiciens de ce quatuor de Seattle. Un disque agréable, mais loin d’être captivant.

L’histoire raconte que Hobba est tombé malade durant la composition de cet album - le 4e sous le nom The Soft Hills. Il s’est intoxiqué en respirant des moisissures dans sa chambre, à Seattle. C’est lors de sa convalescence en Californie qu’il a terminé « Departure », retrouvant la santé.

- Desc : Rock/Dreamy-pop
- R.S.V.A. : Archive, Mew, Sparklehorse

Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0