[] [] [] [] [] []

SALON DU DISQUE ET DES ARTS UNDERGROUND DE MONTRÉAL

Accueil du site > Musique > S > SIR RICHARD BISHOP

The Freak of Araby

SIR RICHARD BISHOP

Drag City

lundi 16 novembre 2009, par Phil Lambert

(3.5/5) Si Sun City Girls s’avérait un groupe hautement imprévisible, versatile et expérimental, alors qualifier Sir Richard Bishop de la même façon serait un pléonasme fautif. Tout au long de sa prolifique carrière, le guitariste à l’origine du mythique trio de Phoenix en Arizona s’est efforcé de repousser les limites de l’expérimentation, déstabilisant, du même coup, l’auditeur à chaque parution. Si Sun City Girls donnait dans le psychédélisme empirique, ésotérique et transcendantal, Bishop, dans ses albums solos, invite davantage au voyage. Habituellement improvisé, l’art de Bishop se déplace aux confins du jazz manouche, façon Django Reinhardt, jusqu’à la musique hindou occidentalisée par Ravi Shankar. Avec son dernier album, The Freak of Araby, l’autoproclamé chevalier revisite ses origines libanaises et propose un parcourt dans les mille et une nuits musicales du Moyen-Orient.

Sur ce sixième long jeu, Bishop délaisse (momentanément ?) l’improvisation. La moitié des pièces présentées sur The Freak of Araby proviennent du répertoire traditionnel libanais. Les autres, composées par Bishop, appuyé par un solide ensemble de cordes, de percussions et de tambours multiples, rendent hommage à la culture arabe. La pièce d’ouverture Taqasim for Omar prend la forme d’élégie envers le guitariste égyptien, et légende en son pays, Omar Khorshid. Les arrangements de hautbois marocains sur Blood-Stained Sands ajoutent une certaine part de mysticisme à un morceau qu’on pourrait facilement retrouver sur la trame originale des Aventures d’Indiana Jones au souk. À l’instar de la pochette, cet album dégage, comme un savoureux couscous qui mijote, toutes les saveurs et les épices d’une culture qui nous est encore trop méconnue.

En cette époque où l’on observe, tant en occident qu’en orient, la montée de l’intégrisme, il fait bon de constater que l’art peut toujours servir à rapprocher deux solitudes au lieu de les diviser.

- Des. : Rock expérimental moyen-oriental
- R.S.V.A. : Sun City Girls, Omar Souleymane, Six Organs of Admittance.

Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0