[]

Les Criquets Crinqués (CISM 89,3 FM)

Accueil du site > Musique > S > SCOTT, JACKSON

Melbourne

SCOTT, JACKSON

Fat Possum

mercredi 11 septembre 2013, par Émile Foucher

(4/5) Éternel solitaire de 20 ans, majoritairement influencé par des groupes comme Nirvana, The Pixies ou encore Weezer dans sa jeunesse, Jackson Scott offre, sur son premier album, une pop Lo-fi largement inspirée des années 60. Un véritable univers parallèle spectral où règne distorsions psychédéliques et autres mélodies planantes.

Isolé dans les montagnes de la Caroline du Nord, il aura fallu attendre l’attention du magazine Pitchfork, pour sa pièce The Awful Sound (sacrée Best New Music par le magazine), afin que la sortie de son album Melbourne ne retienne l’attention, le 23 juillet dernier.

Enregistré à même sa chambre à coucher, directement sur des 4 pistes (cassettes), Jackson Scott offre des pièces courtes, spontanées, concises et fait preuve d’une grande insouciance en jouant maladroitement mais volontairement avec ses compositions (la pièce Never ever s’arrête abruptement pour nous imposer de vieux enregistrements humains rembobinés).

Sa voix, empreinte d’une grande sensibilité lorsque vient le temps de réciter ces paroles sombres- Sandy traite de la tuerie survenue à l’école primaire Sandy Hook en décembre dernier- semble parfois inaudible sur ses mélodies lassantes, crades et trainantes.

Fortement inspiré des effets euphorisants de substances illicites, Melbourne est une excellente carte de visite pour ce jeune compositeur originaire de Pittsburgh et en laisse présager beaucoup pour la suite, à moins que celui-ci ne décide de retourner sur les bancs d’école.

- Desc. : Pop Lo-Fi
- R.S.V.A. : Youth Lagoon, Atlas Sound, Mac DeMarco

Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0