[]

Monogamies - Comment une chanteuse country a fucké ma vie sexuelle

Accueil du site > Musique > S > MATTHEW SWEET

Living Things

MATTHEW SWEET

Superdeformed/RCAM

dimanche 23 janvier 2005, par Nicolas Pelletier

Sweet, un Canadien, oeuvre dans le pop rock depuis presque 20 ans déjà, son premier album datant de 1986 ! C’est toutefois avec « Girlfriend », un classique de la power pop sorti en 1991 qu’il sort de l’anonymat, notamment grâce à l’apport de Robert Quine et Fred Maher, deux réguliers chez Lou Reed, ainsi que Lloyd Cole. Le douzième album de ce multi-instrumentiste suit son « In reverse » de 1999 qui avait été applaudit par la critique, grâce à une nouvelle maturité enfin acquise, après tant de temps passé en mélodies pop, relativement mémorables. On le comparait souvent à du REM plus doux, même s’il n’hésitait pas à saturer ses sons de guitares par-ci par-là.

Venons-en à ce « Living things » tout frais arrivé dans les bacs. Bon, comme plusieurs des albums de Sweet, il nécessite plusieurs écoutes avant l’adoption, mais même rendu à 5 ou 6, ça reste difficile de s’y accrocher. Les mélodies semblent moins efficaces et l’utilisation de certains instruments étranges à la pop a plutôt mal viré (les « steel drums » de la toute première pièce sont totalement discordants et dérangeants). On est loin de la pop accrocheuse de l’album « Altered beast » de 1993, ainsi que de la profondeur de « In reverse ». Bref, une déception.

- Desc. : pop commune
- R.S.V.A. : REM, Lloyd Cole, Guided by Voices

Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0