[] [] [] [] [] []

Les Criquets Crinqués (CISM 89,3 FM)

Accueil du site > Musique > R > ROYAUME DES MORTS

S/T

ROYAUME DES MORTS

L’œil du Tigre

samedi 17 juillet 2010, par Éric Dumais

(2/5) Michaël Bardier, de son sobriquet Roi Crayola, est le membre fondateur du groupe montréalais Royaume des Morts. C’est après avoir composé en solo une poignée respectable de chansons que Bardier a eu l’envie de former un groupe à part entière. Ses acolytes et amis Guillaume Archambault, David Courtemanche, Alexis Coutu-Marion, Xavier Germain Poitras et Emmanuel Lagrange Paquet se sont joints à lui pour donner naissance à une musique qui n’attendait qu’un coup de pouce pour éclore au grand jour.

L’origine du nom « Royaume des Morts » est assez intéressante et mérite une explication particulière. Bardier affirme que la musique est morte, et qu’elle l’est uniquement parce que ce sont les artistes qui l’ont tuée. Il soutient que la plupart des maisons de disques ferment leurs portes aux musiciens qui brandissent leur démo enregistré en lo-fi. En effet, ce n’est pas parce que c’est du lo-fi que c’est nécessairement mauvais. Prenez l’exemple sur Times New Viking, une formation de l’Ohio, qui a réussi à attirer l’attention avec des pièces teintées d’indie-rock lo-fi (elles sont difficiles à endurer, certes, mais elles renferment tout de même un certain potentiel). Coordonnateur chez Dare To Care, Michaël Bardier parle en juste connaissance de cause, et malgré la triste réalité de la musique d’aujourd’hui, il continue d’être enthousiaste et d’aller au bout de ses convictions.

L’album Royaume des Morts présente une musique indie-pop lo-fi assez envoûtante, sans être pour autant ensorcelante. Les ambiances sont d’une profondeur à ne pas négliger, sauf que les refrains n’arrivent jamais à nous surprendre au détour. Les paroles sont très intimes, spontanées et directes, et il ne faut pas s’étonner de retrouver la vie, la mort, le bonheur, la naïveté et l’enfance au centre de la musique de Royaume des Morts. Sans tomber dans les clichés, ni dans la redondance, le sextuor présente de belles pièces, mais qui n’arrivent pas à accrocher notre attention. L’album aurait été encore mieux s’il y avait eu au moins un succès dont nous aurions pu nous rappeler une fois l’écoute terminée. Cela dit, une écoute vaut mille mots, je vous conseille donc de vous y mettre dès maintenant !

- Desc. : Indie pop lo-fi
- R.S.V.A. : Boo Hoo, Winter Gloves, Parlovr

Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0