[] [] [] [] [] []

SALON DU DISQUE ET DES ARTS UNDERGROUND DE MONTRÉAL

Accueil du site > Musique > R > ROBERTS, ALASDAIR

Too Long In This Condition

ROBERTS, ALASDAIR

Drag City

dimanche 25 juillet 2010, par Éric Dumais

(3/5) Au mois de mars dernier, j’avais la chance de commenter le quatrième album solo de l’artiste new-yorkais Alasdair Roberts, qui s’intitule Spoils. À peine quelques mois plus tard, voilà qu’il largue, toujours sur l’étiquette américaine Drag City, son cinquième effort, Too Long In This Condition. Je l’ai écouté consciencieusement et je vous livre avec sans plus tarder mes plus récentes impressions.

D’un style légèrement différent des autres albums, l’opus Too Long In This Condition reflète à merveille la personnalité changeante et ambivalente de l’artiste : le style est différent, la façon de chanter est moins irritante, et les mélodies sont plus entraînantes. C’est peut-être en raison du fossé créé entre la parution de son album Spoils jusqu’à aujourd’hui – je ne saurais dire - qui a inspiré Alasdair Roberts à se renouveler dans le genre musical qu’il affectionne le plus, à savoir le psych-folk anglais.

D’emblée, la pièce inaugurale The Daemon Lover représente bien le nouveau ton adopté : une démarche plus sérieuse, une orchestration plus solide, et des mélodies plus maîtrisées. On a l’impression, lorsque l’on réécoute les anciens albums d’Alasdair Roberts, d’entendre des compositions plus improvisées, plus libertaires, voire moins bien concoctées. Tandis qu’avec ce cinquième effort, l’artiste new-yorkais signe probablement l’opus le plus mature de sa carrière. Sans être le meilleur disque psych-folk qu’il m’a été permis d’entendre jusqu’à maintenant, il faut avouer que Roberts a le sens de la mélodie et du rythme. Il n’hésite pas à nous transporter avec lui dans un voyage musical où la nature est luxuriante et débordante de vitalité. On a l’impression de voyager sans frais, sans passeport et sans visa.

Pour ceux qui courent sans cesse après les économies et les voyages de dernière minute, je vous conseille vivement d’acheter le nouvel opus d’Alasdair Roberts. Vous apprécierez beaucoup plus le confort de votre salon à celui d’un avion.

- Desc. : Psych-folk anglais
- R.S.V.A. : Richard Youngs, Appendix Out, Six Organs Of Admittance

Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0