[]

Les Criquets Crinqués (CISM 89,3 FM)

Accueil du site > Musique > R > REVELATEUR, LE

Fictions

REVELATEUR, LE

Gneiss Things

mardi 2 octobre 2012, par Bastien Léger

(3/5) La pochette est plutôt intéressante et en accord totale avec les trois morceaux distillés au cours de ce périple sonore très expérimental. En effet, cet album de Roger Tellier-Craig (Fly Pan Am, Godspeed You Black Emperor, Pas Chic Chic) est destiné principalement aux adeptes des transes induites par des synthés psychédéliques à la lenteur bien contrôlée et dosée de manière à nous emmener le plus loin possible en quête d’un imaginaire paisible. Cette lenteur est d’autant exacerbée de par des morceaux relativement longs car il faut compter 8 min par track minimum…

L’album commence par le titre « Receiving Mirages », le plus long morceau de l’album et sans doute le meilleur. Les amateurs de synthés vont être comblés. Dès le début, des nappes électroniques lancinantes et envoûtantes vous emportent dans un monde onirique aux confins des abysses. Ce morceau pourrait être perçu comme un hymne à la lenteur. Pas de rythme percussifs et entraînant en vue… On se surprend parfois à penser aux Pink Floyd… Cette invitation au voyage nous mène à la rencontre d’indiens des grandes steppes (Si, si, je vous assure…). Les cinq premières minutes se révèlent d’un calme relativement plat puis 5 min après le début du morceau une superposition de nappes complexifie la mélodie sans réel changement de rythme. La répétition de ces nappes entraîne un calme intérieur assez agréable. Le changement de rythme pointe au milieu du morceau avec des thèmes qui semblent inspirés de la musique classique. Entêtant et chantant à la fois… Au bilan, « Receiving Mirages » peut être perçu comme une quête où vous avancez sur un chemin avec un but bien précis puis arrive la joie de la découverte pour finalement vous amener à un apaisement. Mais jamais avec brusquerie… Suit ensuite « Age Maze » qui commence de manière bien plus rapide. La musique est toujours aussi planante mais le morceau apparaît très et même trop linéaire… « Bleu Nuit » est bien plus intéressant. La superposition des nappes de synthé est plus rythmée et les boucles sont toujours aussi hypnotiques. Le calme est une constante dans cet album !!!

Au bilan, « Fictions » est principalement destiné aux amateurs de synthés. Il ne faut pas s’attendre à des surprises au sein même des morceaux mais plutôt une volonté de voyager calmement en nous. On aura automatiquement en tête des images de grands espaces avec des paysages plutôt plats. L’hypnotisme diffus et constant vous mènera vers une certaine forme de sérénité et évidemment LE CALME !!!

- Desc. : Electronique expérimentale/drone/ambient/new age
- R.S.V.A. : Pecora Pecora, Le Chat Blanc Orchestra, Emeralds

Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0