[] [] [] [] [] []

SALON DU DISQUE ET DES ARTS UNDERGROUND DE MONTRÉAL

Accueil du site > Musique > R > RAMSEY, TYLER

A Long Dream About Swimming Across The Sea

RAMSEY, TYLER

Fat Possum

mercredi 29 juin 2011, par Olivier Boivin

(3/5) Le calme total se fait entendre sur les premières pièces du deuxième album de Tyler Ramsey, en édition relancée sur étiquette Fat Possum (Wavves, The Black Keys, Tennis) le 4 janvier de cette année, mais initialement en 2007 sur Cortex. Malgré l’aspect aventurier et éclaté du design graphique soigneusement choisi pour A Long Dream About Swimming Across The Sea, l’écoute est d’une tranquillité sans précédent. Le multi-instrumentaliste est plutôt reconnu pour son talent de compositeur et de chanteur, malgré le plaisir qu’il prend à jouer du piano, de la guitare, de la basse et de la batterie (il s’accapare tous les outils autour de lui). La voix du chanteur (aussi membre du groupe rock pesant d’Asheville nommé DrugMoney) est posée, frôlant presque le chuchotement, mais semble contrôlée avec aisance. On se sent très confortable en écoutant des pièces comme A Long Dream, la première de l’album.

C’est enfin en plein milieu de la quatrième plage, Once In Your Life, que le rythme prend réellement place, et ce, jusqu’à la fin, nous déplaçant à ce moment-là vers un univers plus feutré, lent, chaleureux et rempli de balades attendrissantes. Un battement de tambour assumé, qui monte le ton vers une élévation enivrante change complètement le ton à notre plus grande surprise. La belle complexité du reste de l’album apparaît comme par magie en utilisant cette fois une voix qui rappelle celle de Kevin Barnes du groupe Of Montreal, très aiguë pour l’espace d’une seule chanson, toujours la même, Once In Your Life.

Malgré l’apparence iconique du visage de Jésus barbu aux traits de visage fins, Tyler Ramsey ne se positionne pas comme un messager de l’au-delà. C’est plutôt un artiste entier, talentueux et touchant que l’on découvre grâce à cet album au son sublime, aux résonances familières, qui ne dépasse pas les limites du connu, mais qui se fait apprécier sans aucun effort. La mélodie apporte beaucoup d’harmonie dans nos oreilles et réchauffera à coup sûr le cœur le plus glacé de l’hiver.

- Desc. : Indie folk
- R.S.V.A. : Devendra Banhart, Elliot Smith, Mark Kozelek

Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0