[]

Monogamies - Comment une chanteuse country a fucké ma vie sexuelle

Accueil du site > Musique > R > RADIOHEAD

A Moon Shaped Pool

RADIOHEAD

XL

mercredi 3 août 2016, par Rachel Leblanc

(5/5) Quand on décide de faire la critique du dernier album d’un des groupes les plus importants et aimés des dernières décennies, il est difficile de savoir par quoi commencer. Radiohead n’est pas juste une formation comme une autre avec de bonnes et moins bonnes idées. C’est probablement le groupe dont le talent dépasse tout ce qui s’est fait des années 90 jusqu’à ce jour. En effet, l’étendue de ce que Radiohead a accompli musicalement en a fait un groupe majeur depuis plus de 20 ans. Par son caractère innovateur sans relâche et son influence marquée sur le reste de la scène musicale alternative, le groupe britannique se classe parmi les plus grands groupes de l’histoire. S’attaquer au plus récent album de Radiohead est donc une tâche bien ingrate. Qui suis-je après tout, devant la grandeur -j’oserais dire divine- du groupe ?

Vous vous en attendez sûrement, et le savez probablement déjà, il s’agit d’un excellent album. Dès les premières écoutes, j’ai trouvé que l’album se rapprochait souvent des sonorités entendues sur l’album Amnesiac (2000). C’est peut-être la présence du piano, qui contrairement aux albums précédents, prend davantage de place. L’album débute avec Burn the Witch, une pièce qui était sortie quelques jours avant l’album. Avec une approche différente de ce qu’on connaissait de Radiohead, cette pièce ne fût pas toute suite aussi appréciée qu’elle l’est maintenant. Plus pop mélodiquement ainsi que dans ses arrangements, elle aurait pu facilement faire partie d’une bande-annonce du film de James Bond. Les violons sont à l’avant-plan, comme cela est le cas à plusieurs reprises dans l’album. À force d’être écoutée, elle s’apprivoise cependant très bien.

La deuxième pièce, Daydreaming, est probablement la chanson la plus belle de l’album. Comme une force fragile, elle émeut par la sensibilité qu’elle dégage. Decks Dark, Ful Stop, Identikit ainsi que Tinker Tailor Soldier Sailor Rich Man Poor Man Beggar Man Thief, sont des pièces qui se rapprochent dans leurs sonorités. C’est le Radiohead qu’on connaît depuis Kid A, avec son univers électronique et les sons de clavier. Desert Island Disk, The Numbers et Present Tense sont des pièces jouées à la guitare acoustique. Glass Eyes et True Love Waits, quant à elles, sont jouées au piano par Thom Yorke. En rassemblant toutes ces sonorités qui font la force de Radiohead, on obtient un album complet. Il nous rappelle que le groupe n’explore pas qu’un seul style, qu’il est habile dans sa démarche et possède un potentiel illimité. Radiohead surprend toujours, fait encore sensation à chaque annonce, même minime. Contrairement aux autres groupes qui possèdent un historique glorieux, Radiohead est le seul à encore épater, à ne pas mal vieillir. C’est ce qui fait précisément du groupe, selon moi, le plus grand groupe de la planète. On attend encore un album de Radiohead comme l’évènement musical de l’année, et après plus de 20 ans d’existence, ce n’est pas rien.

Ressurgence du passé

A Moon Shaped Pool a aussi la particularité d’avoir ressorti des pièces existantes depuis des années. L’exemple le plus évident est bien sûr True Love Waits, chanson qui a été entendue pour la première fois en 1995 lors d’un concert à Bruxelles. Present Tense avait été jouée en 2008 lors d’un soundcheck à Mansfield. Finalement, Identikit était jouée lors de la tournée de The King of Limbs, tout comme Ful Stop.

Thom Yorke, récemment séparé, semble en paix sur cet album. Les thèmes du passé et présent sont évoqués, et cela se remarque à même le choix des pièces, qui elles aussi possèdent un passé. Cela semble étrange à dire puisqu’on semble le mentionner à chaque sortie, mais le groupe a encore gagné de la maturité avec cet album. On ne peut que souhaiter de la santé au groupe pour qu’ils nous reviennent avec encore plus d’albums et encore plus de concerts. En tout cas, si on se fie à l’ampleur qu’a encore une fois eue le groupe sur la scène musicale avec ce dernier album, Radiohead n’est pas prêt de mourir.

- Desc. : Pop/rock alternatif
- R.S.V.A. : Grizzly Bear, Atoms for Peace, Massive Attack

Voir le clip Daydreaming

Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0