[] [] [] [] [] []

SALON DU DISQUE ET DES ARTS UNDERGROUND DE MONTRÉAL

Accueil du site > Musique > R > RADIO DEPT., THE

Passive Agressive. Singles 2002-2010

RADIO DEPT., THE

Labrador/Caroline

mardi 1er février 2011, par Jean-François Sénéchal

(4.5/5) Après trois albums et une dizaine d’années d’existence, la formation indie pop The Radio Dept. fait paraître une compilation où se retrouvent singles, pièces issues de maxi et autres chansons publiées de façon plus officieuse au fil des ans. On y retrouve aussi trois pièces tirées de la trame sonore du film Marie Antoinette de Sofia Coppola. En tout, près de trente pièces composent cet album double qui permet de traverser le territoire musical exploré par The Radio Dept. jusqu’à ce jour.

Cette traversée permet avant tout de reconnaître la puissance mélodique de la formation suédoise, tout comme l’identité forte de son répertoire. Les fans ne se sont d’ailleurs pas trompé : les pièces regroupées ici ne sont encore accessibles, dans leur format original (simples et maxi, tous discontinués) que pour ceux et celles qui acceptent d’y mettre le prix fort. Bien sûr, l’engouement suscité par The Radio Dept. demeure circonscrit dans le domaine de la musique indépendante, où le groupe continue de se cantonner fidèlement. Ce qui est loin d’être une mauvaise chose, tant il est vrai que la formation semble se garder farouchement des tendances musicales facilement commercialisables.

Et pourtant, de façon paradoxale, la plus grande force de The Radio Dept. relève surtout de son travail sur les sons et les types d’arrangement qui étaient, eux, hautement commercialisés dans les années 1980. Cela est peut-être moins vrai des débuts de la formation, avec des pièces (Liebling, Why Won’t You Talk About It) qui pointent clairement dans la direction de Jesus and Mary Chain et My Bloody Valentine. Mais les influences « noise pop » ont progressivement perdu leur dimension « noise » au profit de celle simplement « pop » (Bachelor Kisses, What you Sell). Les Pet Shop Boys et New Order sont au premier rang de ces icônes « eighties », dont la formation s’inspire largement pour recréer des sons, des effets, des atmosphères afin de les coller, les juxtaposer, les actualiser. Le résultat est plus feutré, léché, lascif, toujours (ou presque) mélancolique, si bien que l’on pourrait facilement tomber dans le jugement trop hâtivement formulé du kitch ou du doucereux.

En réalité, c’est tout le contraire. Car il y a là la preuve d’une véritable maîtrise de cette démarche, proprement postmoderne, qui consiste à malaxer des influences et des références, sans pour autant ne produire que de pures imitations. Le passé y devient le matériau de prédilection pour donner forme à des créations véritables, des émotions véritables. Cette démarche s’inscrit dans une tendance actuelle où de jeunes musiciens (Wild Nothing, M83), fascinés par le pop des années 1980, en recyclent de façon massive les différentes expressions, sans pour autant les avoir connues. Comme le démontre amplement sa compilation, The Radio Dept. est au premier plan de cette mouvance intégrant ce qui fut la réalité (musicale) d’une autre époque afin de créer quelque chose de foncièrement actuel et de puissamment évocateur. Pour faire violence à la maxime : rien ne se perd, mais tout se recrée.

- Desc : Indie dream pop
- R.S.V.A. : M83, Readymade, Wild Nothing

* The Radio Dept. est en concert à Montréal le 5 février prochain dans le cadre de leur tournée nord-américaine.

Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0