[] [] [] [] [] []

SALON DU DISQUE ET DES ARTS UNDERGROUND DE MONTRÉAL

Accueil du site > Musique > R > LOU REED

Animal Serenade

LOU REED

Sire / Warner Bros

vendredi 21 janvier 2005, par Nicolas Pelletier

La sortie d’un album de Lou Reed est toujours un événement pour quiconque apprécie sa poésie urbaine à la fois trash et touchante. On s’y arrête dans les pages de votre magazine préféré, étant donné l’importance du personnage. Le vieux Lou, qui frise les 60 balais, est bien loin de ses débuts avec le légendaire Velvet Underground, mais sa carrière solo est aussi intéressante, bien que moins expérimentale, surtout pour la verve du monsieur. Animal Serenade est un album live double, qui plaira définitivement aux fans de Reed par le choix très judicieux des pièces et leur interprétation. Pas de Sweet Jane ni de Satellite of Love trop souvent rabâchés, non !, Lou y dépoussière plutôt des Men of Good Fortune, The Day John Kennedy Died et des Tell it to your Heart qu’on avait jamais entendues en concert, du moins sur disque officiel. Celle à propos de l’ancien Président assassiné en est une qui valait bien la résurrection vu la pertinence du propos aujourd’hui, en pleine campagne électorale américaine.

Mais la beauté dans ce concert enregistré à Los Angeles en juin 2003 est l’utilisation parcimonieuse de la batterie. Sur plusieurs morceaux, Lou n’y est accompagné que de guitares (le toujours excellent Mike Rathke), basse (Fernando Saunders qui interprétera magnifiquement d’ailleurs une de ses compositions), violoncelle (l’intense Jane Scarpantoni) et chœur (un certain Anthony). Les pièces maîtresses de ses récents albums, comme Vanishing Act, Set the Twilight Reeling ou Ecstasy, s’y déploient merveilleusement bien. On y sent un Lou Reed en grande forme. Ce concert nous réconciliera certainement avec le poète new-yorkais après l’indigeste et surprenant The Raven, qu’il nous avait proposé en 2002. Espérons le prochain projet studio plus écoutable, et dans un avenir rapproché !

- Desc. : Rock poétique
- R.S.V.A. : John Cale, Nick Cave, Lloyd Cole

Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0