[] [] [] [] [] []

Les Criquets Crinqués (CISM 89,3 FM)

Accueil du site > Musique > P > PSYCHIC PARAMOUNT, THE

II

PSYCHIC PARAMOUNT, THE

No Quarter

jeudi 30 juin 2011, par Alexandre Fontaine-Rousseau

(4.5 / 5) Six ans sans donner de nouvelles, voilà qui s’avère une éternité dans le monde du rock psychédélique — où la plupart des groupes ont l’habitude de sortir deux ou trois albums par année. Mais The Psychic Paramount, après nous avoir asséné Gamelan Into the Mink Supernatural en 2005, semblait avoir disparu de la circulation… et ce II, même l’amateur le plus chevronné du genre ne l’attendait plus vraiment. Le simple fait qu’il existe est en soi excitant.

Il faut à peu près quinze secondes au groupe pour faire de nos neurones de la fondue au fromage. Après cinq minutes, le corps en spasmes et l’écume à la bouche, on a atteint ce point cathartique qu’aspire à nous faire atteindre tout disque de ce type : nous sommes en transe, et seule existe la musique vibrante, chaotique mais glorieusement dirigée, d’une unité musicale en parfaite synergie.

C’est que le trio n’arrête jamais, produisant un tapage furieux qui fonce toujours droit devant, envoyant le mouvement perpétuel du krautrock en Interstellar Overdrive : la pédale dans le plancher, le paysage est liquéfié sous l’effet de la vitesse… et quand on pense qu’ils sont sur le point de s’essouffler, les musiciens redoublent d’ardeur avec la glorieuse N6…

II brûle d’une énergie incandescente qui rappelle Lightning Bolt, ou le vieux Dirty Three à son plus sauvage : la distorsion grisante n’y obscurcit jamais l’élan, le talent individuel des musiciens ne nuit jamais à la cohésion. Ce déchaînement, bref, ne perd jamais de vue sa raison d’être.

Permettez-moi donc l’hyperbole : ce second long-jeu de The Psychic Paramount risque bien d’être l’album de l’année, en matière de rock psychédélique pur et dur. C’est, en tout cas, le champion à battre jusqu’à nouvel ordre ; et il faudra quelque chose d’assez colossal pour arriver à le détrôner.

Desc : Rock psychédélique R.S.V.A. : Acid Mothers Temple, Oneida, La Otracina

* En spectacle le 23 juillet, avec Disappears, à la Casa del Popolo.

Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0