Never Hungover Again - Joyce Manor - Epitaph

Accueil du site > Musique > P > PETER PETER

S/T

PETER PETER

Audiogram

mercredi 6 avril 2011, par Olivier Boivin

(4/5) Surprise ! Il reste de la place dans le cours d’existentialisme 101 aux murmures romantiques contemporains. Se déclarant ouvertement bipolaire, Peter Peter, jeune poète des temps modernes en provenance de la capitale nationale qu’est Québec, pond, telle une poule très couveuse, une galette de chansons fragiles et douloureuses sur l’étiquette Audiogram (Ariane Moffatt, Karkwa, Loco Locass).

Attachant dès le départ, Peter Peter, par son album sans titre, nous plonge littéralement dans un univers « cœur-de-piratien ». C’est intègre, doux, sensuel, charnel et le tout, conçu de sorte que l’on sent une énorme proximité avec le chanteur troublé. Tout ça pour notre grand plaisir, pour nous soulager le cœur l’espace de 12 pièces agréables autant pour notre âme que pour notre ouïe.

La première pièce, Homa, parle des souffrances et difficultés du quartier à la dure réputation. La deuxième pièce semble moins accrocheuse mais le tout reprend son élan avec le duo qu’il réussit avec Béatrice Martin (Cœur de Pirate) sur la sublime pièce Tergiverse, qui se veut un véritable bijou en soi. Puis, telle une accolade tant attendue, nouveau genre, on entend une poésie poignante avec Montréal neige sale, une pièce profondément triste.

Malgré tout le côté obscur et déchirant que l’on peut ressentir sur l’album, on se sent attendri et protégé avec ses chansons aux nuances délicieuses. Je le recommande fortement aux nouvelles générations qui parfois, disons-le, pourraient arrêter leur galère et respirer un instant autour d’un disque comme celui-ci. Peter Peter, bienvenue à Montréal, tu fais maintenant parti de notre cœur.

- Desc. : Chanson rock québécois
- R.S.V.A. : Coeur de pirate, Alexandre Désilet, Dumas

Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0