[]

Monogamies - Comment une chanteuse country a fucké ma vie sexuelle

Accueil du site > Musique > P > PERRET, GUILLAUME & THE ELECTRIC EPIC

Open Me

PERRET, GUILLAUME & THE ELECTRIC EPIC

Harmonia Mundi/Kakoum

vendredi 20 mars 2015, par Bastien Léger

(4/5) Après un premier album très remarqué sorti chez Tzadik en 2012, Guillaume Perret & The Electric Epic nous reviennent avec un nouvel album intitulé « Open Me » chez Kakoum Records. Cet album est dans la continuité du précédent au niveau du travail important réalisé au niveau du son, qui est d’une qualité exemplaire. Il se démarque cependant par une mise en avant du saxophoniste beaucoup moins fréquente.

En effet, dans cet album, Guillaume Perret, compositeur de la quasi-totalité des morceaux, a privilégié un son de groupe où l’ambiance prime sur tout. Ainsi, l’album commence par le morceau « Opening » qui sert en quelque sorte de longue introduction, avec une sonorité parfois orientale, au morceau « Shoe Box ». Se révèlant être THE tube de l’album, « Shoe Box » était déjà paru sur un EP avec le morceau « Doors », également présent sur « Open Me ». Cependant, si le thème principal reste le même sur cet album, la partie improvisation au saxophone a été remplacée par des passages beaucoup plus atmosphériques. Ce morceau est un véritable bijou d’inventivité et démontre l’ouverture d’esprit du groupe. Impossible de décrocher et il vous prendra l’envie de faire découvrir ce morceau à tout votre entourage. « Brutalum Voluptuous » repart sur une ambiance beaucoup plus onirique avec Sir Alice en guest. Ce morceau apparaît comme futuriste et très cinématographique. Sa construction peut déstabiliser au premier abord mais finira par vous convaincre.

Les thèmes peuvent paraître parfois diffus tout au long de l’album mais les morceaux finissent en apothéose et deviennent très très addictifs. « Irma’s Room », avec sa rythmique entêtante, est tout simplement magnifique. Une nouvelle fois, Guillaume Perret, au saxophone électrique, trouve une mélodie imparable que vous retenez immédiatement. « Mamuth » débute calmement avec une guitare entêtante cette fois ci. Mais très vite, on revient sur une atmosphère envoutante où la guitare est cette fois-ci bien mise en avant. « Doors » est un morceau pouvant être nommé de discret par rapport à l’ensemble de l’album. Un sentiment d’attente permanent vous habite à son écoute avec une sorte d’apaisement et de plénitude en comparaison aux autres thèmes de l’album beaucoup plus rythmiques et s’orientant vers des ambiances tendant parfois vers le métal. Mais ce calme disparait au profit du morceau « Ponk » qui est peut-être le morceau qui se rapproche le plus de ceux écrits sur l’album précédent. « Coma » clôt l’album sur une note apaisante. Au bilan, « Open Me » est une grande réussite à tous points de vue, tant au niveau de la qualité du son que de la qualité des compositions. Le style de musique développé tout au long de l’album est difficilement définissable car il combine à la fois des composantes venant du jazz, du métal, du rock ou même encore de la world. Cette musique hybride, à la fois sereine, envoutante et puissante, ne cessera pas de vous surprendre à chaque instant même après de nombreuses écoutes. On attend avec impatience les prestations live ainsi que la prochaine création de ce groupe à part dans le paysage du jazz français.

- Desc. : Jazz-actuelle, rock, world
- R.S.V.A. : Morphine, Mr. Bungle, John Zorn

Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0