[]

Les Criquets Crinqués (CISM 89,3 FM)

Accueil du site > Musique > P > PELT PART WILD GATE

Hung On Sunday

PELT PART WILD GATE

Mie Music.

vendredi 20 décembre 2013, par Frédérick Galbrun

(3/5) Improbable rencontre internationale entre trois institutions musicales particulières. Tout d’abord, on a le trio américain Pelt rencontrant le duo franco-britannique Part Wild Horse Mane On Both Sides et le néozélandais Michael Morley de Gate. Cet enregistrement impromptu s’est fait lors d’un concert au Tusk Festival en Angleterre.

Alors qu’on espérait une rencontre entre le folk improvisé, la flûte et la batterie et le jeu plus brut de Morley, on est accueilli plutôt par deux longues pièces de percussions, gravées sur chaque face du disque, qui nous entraînent dans une écoute contemplative. Musicalement, les rapprochements peuvent être faits avec la musique balinaise du Gamelan, un ensemble musical composé de percussions, gong, xylophones, cloches… Étrangement, l’écoute nous fait penser à ces étranges disques d’ensemble de percussion pour éléphants du Thaï Elephant Orchestra. Naturellement, comparer un disque de musiciens à un autre fait par des éléphants n’est pas très élogieux pour l’homme et c’est cette comparaison qui fait le défaut de « Hung On Sunday ». Cette performance improvisée génère des moments particuliers mais parfois inintéressants. Les éléphants ont un jeu imprévisible, parfois chaotique, car ne répondant à aucun critère de raison humaine, ce que l’improvisation humaine ne peut approcher. D’ailleurs, le gamelan est d’ordinairement plus organisé qu’il n’y paraît, il s’inscrit dans une longue tradition de transmission orale (maintenant écrite), le côté improvisé de Pelt Part Wild Gate rend compte de la conscience des individus derrière les instruments.

Ainsi, des cloches et différents timbres de carillons résonnent tout d’abord à l’oreille dans une harmonie percussive feutrée ; des petits bruits parcourent le fond sonore qu’une écoute soutenue saura apprécier et s’en délecter. Le tout donne l’impression d’un rituel, tourné vers la fertilisation du monde extérieur, ces sifflements comme des chants d’oiseaux rencontrent des toussotements, on ponctue le rythme, quelqu’un le maintient, répète une sonorité avec régularité comme une base sur laquelle on construits, on ajoute un bourdon électrifié. Un jeu percussif qui semble lutter perpétuellement entre l’harmonie rythmique et sa distanciation, on a ici une autre alternative au bruit ; pas cette sonorité distordue, électronique et saturée.

La seule déception de ce disque réside dans le fait qu’on aurait bien aimé que ces musiciens se rencontrent avec d’autres instruments. Alors que certains vont souligner cet aspect comme étant la force de l’enregistrement, je me risque à désirer autre choses, surtout de cette rencontre non advenue entre Pelt et Part Wild Horse Mane On Both Sides. Il s’agit tout de même d’un enregistrement particulier et méditatif en version vinyle seulement et en quantité très limitée ; pour aficionados seulement, bien évidemment.

-  Desc : Gamelan improvisé
-  R.S.V.A. : Thai Elelphant Orchestra, Gamelan Son Of Lion, No Neck Blues Band

Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0