[]

Les Criquets Crinqués (CISM 89,3 FM)

Accueil du site > Musique > P > PEDALJETS, THE

What’s In Between

PEDALJETS, THE

Electric Moth

mercredi 16 octobre 2013, par Nicolas Pelletier

(4/5) Du bon rock’n’roll bien franc, sans détour, bien composé, voilà ce que nous sert The Pedaljets, un groupe du Kansas. C’est simple, et c’est bon. Et, chose inusitée, The Pedaljets lance son premier album après une pause de 25 ans ! Le groupe avait surtout sévi sur la planète rock entre 1984 et 1988, à l’époque des Replacements, Hüsker Dü et des Meat Puppets, avant l’arrivée du grunge.

L’influence d’Iggy Pop est évidente au niveau vocal : Mike Allmayer a la même voix que l’Iguane (Clowns and Jackals). Quant à la musique, c’est du solide rock bien carré à la Killers, Strokes, Blurtonia ou Alchymists à laquelle on a affaire. En plus, certaines mélodies sont vraiment bien écrites. Riverview sonne un peu 60s sur les bords, au niveau mélodique, mais le mur de guitares à la Ramones donne du punch aux Pedaljets. Allmayer est un vrai leader : lorsqu’il chante Conversations, on sent qu’il mène la barque, qu’il ne se cache pas derrière des effets ou des artifices. Pensez à Joseph Arthur, avec un band solide (Change).

Le fait que les Pedaljets soient un groupe bien soudé leur permet de lancer des riffs plus punk rockabilly (Dead Day Return, Nothing Boy) puis d’épouser un style néo-new-wave plus sombre à la Interpol (Measurement) puis de virer vers le folk hanté à la The National avec une touche plus brit’ (Goodbye To All Of That). Un disque très solide d’un bout à l’autre.

Les Pedaljets ont lancé deux albums : « Today Today » (1989) et un album éponyme l’année suivante. Après être passés plus de six ans presque sans arrêt sur la route, ils cessent leurs activités en 1990, pourtant au meilleur de leur carrière. Les gars se sont retrouvés en 2009, après 20 ans de séparation, pour jouer ensemble. Le guitariste original Paul Wade n’étant pas disponible, c’est le bassiste Paul Malinowski qui a saisi les secondes guitares, en plus de servir d’ingénieur de son (avec brio). Rob Morrow est à la batterie, Matt Kesler, à la basse.

- Desc. : Rock garage-grungy pop
- R.S.V.A. : The Soft Boys, Iggy Pop, Meat Puppets

Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0