[] [] [] [] [] []

SALON DU DISQUE ET DES ARTS UNDERGROUND DE MONTRÉAL

Accueil du site > Musique > P > PEARSON, JOSH T.

Last of the Country Gentlemen

PEARSON, JOSH T.

Mute

mercredi 15 juin 2011, par Nicolas Pelletier

(3.5/5) Avec Josh T. Pearson, on assiste au retour des grandes chansons, que dis-je, des épiques chansons folk dépassant allègrement la barre des 6 minutes et atteignant souvent presque le double ! Reconnaissons le tour de force qu’est de tenir en haleine l’auditeur pendant 11 bonnes minutes simplement avec sa guitare acoustique et ses histoires personnelles remplies à rebord de désespoir amoureux (Woman When I’ve Raised Hell).

Pour apprécier l’écoute de ce genre d’album, il faut toutefois être dans le bon état d’esprit. Écouter ces longues et lentes complaintes lorsqu’on a envie de bouger, de prendre un verre en terrasse ou de faire décoller l’ambiance lors d’une soirée entre amis ne fonctionnera pas. "Last of the Country Gentlemen" est un album qui prend tout son sens dans l’intimité, en solitude et probablement durant les étapes suivant une peine amoureuse. En dehors de ces contextes, les chansons de Pearson paraissent interminables (Honeymoon is Great, I Wish You Were Her.... qui n’a rien d’humoristique). Le style musical est sensiblement le même d’une chanson à l’autre. On a presque l’impression d’assister à une très longue complainte. Le ton est souvent plus clamé que chanté et quand il l’est, ce n’est pas sur un air particulièrement mémorable. N’est pas Neil Young qui veut...

On se souviendra que Pearson avait fondé en 1996 la formation Lift To Experience dont l’album « The Texas-Jerusalem Crossroads », paru en 2001, avait épaté la critique. Bien qu’il se soit produit plusieurs fois au festival All Tomorrow’s Parties au fil des ans, Pearson n’a pas publié d’albums depuis dix ans. En avril 2009, il eut l’honneur de faire la première partie de deux concerts de My Bloody Valentine. Il s’installa à Paris la même année, dans la crêperie West Country Girl, où il vécut pendant douze mois. L’histoire ne dit pas si c’est dans la capitale française que Pearson s’est fait brisé le cœur, générant ces sept chansons tristes.

- Desc. : Folk intime mélancolique
- R.S.V.A. : Bon Iver, , Sun Kil Moon, Micah P. Hinson

Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0