[] [] [] [] [] []

Les Criquets Crinqués (CISM 89,3 FM)

Accueil du site > Musique > P > PASTELS / TENNISCOATS (THE)

Two Sunsets

PASTELS / TENNISCOATS (THE)

Domino

lundi 4 janvier 2010, par Éric Dumais

(2.5/5) L’idée d’une collaboration entre les membres des Pastels (Glasgow) et des Tenniscoats (Tokyo) a abouti d’un effort qui s’intitule Two Sunsets. Mais comment l’étincelle de génie leur est venue de jumeler leurs styles musicaux et de les réunir sur un seul et même album ?

Depuis la dernière décennie, la formation pop indie The Pastels a développé un certain goût pour la musique pop japonaise et c’est de fil en aiguille, mais surtout grâce à la visibilité de leur label Geographic, qu’un projet de collaboration a pu être possible entre les deux formations. Stephen McRobbie, membre des Pastels, affirme que l’idée provient de Tenniscoats eux-mêmes, et que ces derniers avaient même une première composition à leur présenter (intitulée Two Sunsets) à leur retour, immédiatement après leur tournée écossaise de 2006.

Two Sunsets est donc le résultat de quatre musiciens d’expérience qui ont décidé d’unir leur talent unique et leur force respective pour accoucher de douze pièces d’un genre aux airs de déjà-vu, mais qui demeurent tout de même écoutables. Il est vrai, les mélodies pop sont simples et naturelles et l’ambiance générale de l’album incite à l’intimité et à la tranquillité. Par contre, les titres, sans être vraiment accrocheurs, défilent dans le silence de notre pièce et nous entrons dans un état mi-végétatif, voire mi-zombiesque, et ce, sans nous en rendre compte. Vers le milieu de l’album, nos yeux s’ouvrent à nouveau pour nous sortir d’une torpeur lourde et profonde, car les Pastels, avec la pièce About You, font un clin d’œil à la formation alternative The Jesus And Mary Chain. L’album continue et nos yeux se referment à nouveau. Il est vrai que le mélange des deux groupes apporte une variation intéressante, car les Pastels œuvrent surtout dans la somnolence musicale, ce qui a pour effet d’alourdir nos paupières, alors que les Tenniscoats, pour leur part, ajoutent un brin de percussions et de notes rythmées, histoire de réveiller les endormis. Le résultat, en définitive, est assez décevant et n’incite pas à une écoute plus approfondie.

- Desc. : Pop indie somnolente
- R.S.V.A. : Au Revoir Simone, Shugo Tokumaru, Camera Obscura

Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0