[]

Monogamies - Comment une chanteuse country a fucké ma vie sexuelle

Accueil du site > Musique > O > YUJI ONIKI

Tvi

YUJI ONIKI

Future farmer

septembre 2002, par Nicolas Pelletier

C’est à se demander si le rockeur californien Matthew Sweet a décidé d’écrire ses chansons sous un pseudonyme (comme Clapton l’avait fait avec Derek & The Dominoes en 1970), et qu’il a choisi Yuji Oniki comme nom de plume ! C’est que la musique de ce japonais ressemble à celle de Sweet à bien des égards : le ton du chant, le timbre de la voix, les mélodies pop catchy et surtout le style des chansons. Sweet a peut-être un peu plus de mordant aux guitares électriques (et aussi plus de succès à intéresser mes oreilles). Ce n’est pas que la pop d’Oniki soit si désagréable, c’est plutôt qu’elle n’a tellement pas de caractère qu’on oublie presque qu’on l’écoute, sans parler du fait qu’on ne distingue pas une nouvelle chanson de la précédante tellement elles sont toutes semblables. Les pièces de "Tvi" sont toutes chantées en anglais. Elles ont été débutées en Amériques, terminées avec des collaborateurs japonais, et ressemblent à un croisement des chansons molles de REM avec des envolées vocales à la Air Supply (écoutez "Grapefruit"). C’est triste, mais c’est ça. (6/10) NP
- Desc. : Pop mielleuse
- R.S.V.A. : Matthew Sweet, REM, Guided by Voices

Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0