[] [] [] [] [] []

SALON DU DISQUE ET DES ARTS UNDERGROUND DE MONTRÉAL

Accueil du site > Musique > O > OUNSWORTH, ALEC

Mo Beauty

OUNSWORTH, ALEC

Anti-

vendredi 5 mars 2010, par Éric Dumais

(2.5/5) L’ex-membre des Clap Your Hands Say Yeah, après l’essoufflement précoce de son groupe indie-rock, vient de paraître son premier album solo, intitulé Mo Beauty. Enregistré à La Nouvelle-Orléans, cet opus représente, pour Alec Ounsworth, une nouvelle direction musicale et un second battement de coeur. Espérons pour lui qu’il rencontre, avec cet effort, la chance au détour.

Alec Ounsworth n’est pas le seul musicien à s’investir dans ce projet solo. Citons, entre autres, la présence de George Porter Jr à la basse, de Stanton Moore à la batterie, de Robert Walter au synthétiseur et de Matt Sutton au baryton et à la guitare électrique. L’album a été enregistré par les doigts magiques de l’excellent Steve Berlin, que l’on connaît notamment grâce à ses performances sur les albums des Los Lobos, Blasters, John Lee Hooker et The Replacements. Et c’est aussi grâce à ce dernier que le projet qui entoure Mo Beauty s’est réalisé. Steve Berlin, un jour, lui a demandé s’il voulait faire un album. Alec Ounsworth, incertain mais ravi, n’a pas renié l’idée trop rapidement. Elle s’avérait, étant donné qu’il avait un bon nombre de chansons dans son répertoire, une opportunité en or et c’est la raison pour laquelle il a accepté. Voici donc, et c’est lui-même qui le dit, un opus inspiré en grande partie par la région de La Nouvelle-Orléans.

D’emblée, il faut le préciser : nous sommes à des années-lumières des Clap Your Hands Say Yeah. Et c’est tant mieux, car nous n’avions pas le goût de réentendre le même son auquel nous avions été habitués auparavant. Mo Beauty est plutôt un ensemble soft-rock de ballades intimistes et personnelles. Disons-le franchement : elles sont bonnes sans être extraordinaires. L’orchestration est bien contrôlée et nous ne tombons jamais dans l’excès. Cependant, c’est peut-être là un des deux reproches que nous pouvons adresser à Alec Ounsworth. D’abord, les mélodies sont parfois trop simples et n’offrent des variations qu’à de rares moments, ce qui entraîne une monotonie à laquelle nous ne nous attendions pas. Puis, la voix peut à la longue nous tomber sur les nerfs. Elle est répétitive et aigüe, et certaines intonations peuvent exaspérer certains mélomanes aux nerfs sensibles. Sur l’album, il n’y a que de rares chansons qui sortent du lot, que ce soit Holy, Holy, Holy Moses (Song For New Orleans) pour sa sérénité maladive et son calme absolu, ou encore Idiots In The Rain pour son caractère frivole et enjôleur.

Je conseille ce premier effort d’Alec Ounsworth aux fanatiques invétérés des Clap Your Hands Say Yeah, pour que vous puissiez, de cette façon, ouvrir un peu plus vos horizons musicaux et apprécier un tournant différent dans la carrière de ce jeune musicien. Bonne écoute à tous !

- Desc. : Soft-rock intimiste
- R.S.V.A. : Rain Machine, Clap Your Hands Say Yeah, Talking Heads

Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0