[] [] [] [] [] []

SALON DU DISQUE ET DES ARTS UNDERGROUND DE MONTRÉAL

Accueil du site > Musique > O > ORKESTRE DES PAS PERDUS, L’

L’âge du cuivre

ORKESTRE DES PAS PERDUS, L’

Cross Current

jeudi 26 janvier 2012, par Nicolas Pelletier

(3/5) Une audacieuse proposition que celle d’orienter un album autour de cuivres : on n’entend pas cela souvent. La joyeuse fanfare qu’est l’OPP compte aussi sur un batteur, mais autrement ce sont saxos, trombone, cor, trompettes, et sousaphone qui occupent tout l’espace sonore de cet album. Dirigés par Claude St-Jean, les cinq ventistes (joueurs d’instruments à vent), ont un beau sens de l’humour. Sur scène, ils dérident le public. Leur premier disque (1996) était savoureusement intitulé « T’auras pas ta pomme ». Percussif et amusant !

Si certains moments de leur 5e opus sont dynamiques (la pièce Douze huîtres), d’autres sont carrément spectaculaires, alors qu’ils croisent les lignes mélodiques sans qu’on ne s’y perde pour autant. Ils ont l’audace d’utiliser des séquences (Carpe Diem) et quelques bidouillements, mais malheureusement, ces prometteuses pistes se limitent à quelques intros ici et là. Autrement, on retombe assez vite dans un jazz riche, mais quelque peu redondant. On a aussi remarqué le bon groove de Boogaloo bungalow. On tape du pied, on apprécie les solos (jamais exagérément développés) supportés par les collègues. Une trompette sur pédale wah-wah, on aime ! Dommage qu’ils n’aient pas davantage exploré cette tangente plus originale.

On s’en voudrait de ne pas nommer ces excellents musiciens, fort actifs dans le milieu de la musique « Actuelle » : Claude St-Jean au trombone et composition, Maxime St-Pierre à la trompette, Joël Brouillette au cor, les saxophonistes Marc Villiard (alto), Yves Turgeon (ténor), Roberto Murray (baryton), Philippe Legault au tuba et Martin Auguste à la batterie.

- Desc. : Jazz fanfare
- R.S.V.A. : Compostela, Either / Orchestra, Shuffle Demons

Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0