[] [] [] [] [] []

SALON DU DISQUE ET DES ARTS UNDERGROUND DE MONTRÉAL

Apple’s Acre

NURSES

Dead Oceans

dimanche 28 février 2010, par Éric Dumais

(1.5/5) Apple’s Acre est un album psych-folk qui contient, à la manière du pianocktail de Boris Vian, tous les éléments nécessaires pour réaliser le meilleur cocktail musical possible, sauf qu’il manque, étonnamment, l’élément le plus essentiel pour concocter la recette du siècle : une rythmique entraînante et enlevante.

Car détrompez-vous : ce deuxième opus de la formation basée à Portland en Oregon est loin d’être la source de Jouvence tant recherchée. Il semble que l’inspiration a manqué sur ce nouvel effort, ce qui a pu être causé par le manque d’éclairage et l’humidité excessive du grenier dans lequel ils ont enregistré la majeure partie de l’album. Blagues à part, mais j’insiste pour m’en permettre une dernière, le mélomane en manque de Hangin’ Nothin’But Our Hands Down risque de désintoxiquer rapidement à l’écoute d’Apple’s Acre.

Dès l’ouverture, Technicolor se veut comme un bonbon trop rapidement avalé : la mélodie jusqu’alors trompeuse (car elle commence bien) semble être une promesse vendue sans garantie de satisfaction. Les voix criardes et nasillardes du duo Chapman-Bowers nous écorchent les tympans, un peu à la manière des Bee Gees, mais en moins disco. Le rythme est lent, le piano, subtil, et les sons électroniques, drôlement ensorcelants. Une note un peu plus positive : les arrangements vocaux, à la longue, finissent par nous apprivoiser, et l’insistance sur le « nous » est importante. Mais définitivement, le ton psych-folk sur ce nouvel LP est loin de nous charmer comme on l’a été à l’écoute des mélodies pop-rock de jadis. Ces dernières, et ce, à notre grande déception, ont baissé les armes devant des rythmiques désormais délabrées, légèrement fragmentées, qui vont dans des directions qu’on aurait jamais pensé emprunter. Heureusement, la chanson Man At Arms arrive à point vers la moitié de l’album avec un refrain entraînant, par-dessus lequel Nurses chante des « Palap paloup palap paloup » pas mal prometteurs, mais qui n’arrivent pas à nous faire changer d’avis.

Apple’s Acre, malgré le talent évident de la formation sur Hangin’ Nothin’ But Our Hands Down, n’est certes pas le meilleur album à être paru sur l’étiquette Dead Oceans. Nurses a connu un trop grand départ, mais aussi une trop grande plongée. Y a-t-il quelqu’un d’assez qualifié pour les aider à se relever ?

- Desc. : Psych-pop
- R.S.V.A. : Le Loup, Ganglians, Foreign Born

Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0