[] [] [] [] [] []

SALON DU DISQUE ET DES ARTS UNDERGROUND DE MONTRÉAL

Accueil du site > Musique > N > NOUVELLE VAGUE

Couleurs sur Paris

NOUVELLE VAGUE

Kwaidan/Universal France

samedi 29 janvier 2011, par Nicolas Pelletier

(1/5) Le collectif français Nouvelle Vague prend une tangente un peu différente avec ce 4e opus. Alors qu’ils avaient toujours livré des reprises des « hits » new wave (d’où leur nom) des années 80 en versions épurées, acoustiques, souvent rythmées de bossa-nova et surtout agrémentées de jolies voix féminines, voilà qu’ils décident d’inviter une kyrielle d’invité(e)s de renom, de Vanessa Paradis à Cœur de Pirate, et, encore pire, de prendre une voix beaucoup plus standard au niveau des arrangements. Dernier clou dans le cercueil, NV n’a jeté son dévolu que sur des morceaux du répertoire français. On passe ainsi des Clash et XTC à du Etienne Daho et Lio ! Méchante débarque au niveau de la qualité des morceaux originaux. « Couleurs sur Paris » n’est plus qu’un simple album de reprises comme il s’en fait tant.

Tout commence avec Cœur de Pirate qui livre un Voilà les anges (de Gamine), léger, pop et sans relief. Héléna Noguerra – l’une de nombreuses chanteuses anonymes qui faisaient partie de la formation depuis quelques années – mène quant à elle une molle reprise des Aventuriers d’Indochine. Le Weekend à Rome de Daho ne s’élève pas vraiment très haut sous les charmes de Vanessa Paradis. Adrienne Pauly a eu le courage de s’attaquer à la dynamique Marcia Baila des Rita Mitsouko avec un succès relatif : on ne fait pas oublier une performance vocale du calibre de Catherine Ringer facilement. Même l’excentrique Camille (elle aussi présente sur certains titres des premiers albums de NV) ne fait rien de spectaculaire avec le Putain, Putain de TC Matic.

Autre nouveauté, NV a également invité quelques garçons chanteurs au jeu de la reprise. Julien Doré s’exécute sur un fade Anne cherchait l’amour (d’Elli et Jacno) puis Charlie Winston reprend l’un des deux seuls titres anglophones de l’album, So Young But So Cold (de Kas Product ). Finalement, le dernier point qui emmène ce résultat mitigé est le fait que plusieurs de ces tubes franco-français n’ont pas traversé l’Atlantique : leur version originale est parfois complètement inconnue par les amateurs de musique francophone sur ce continent. On compte sur les doigts d’une main les fans de TC Matik (le premier groupe du Belge Arno) chez les indigènes d’Amérique. La relation d’amour sur laquelle est basée la reprise opère probablement beaucoup moins qu’en France.

Parmi les rares réussites, il faut souligner l’adaptation du classique de la Mano Negra, Mala Vida, par Olivia Ruiz – probablement l’ex-Académicienne dont la carrière s’en tire le mieux au niveau artistique, tous pays confondus. Sa version acoustique et sensuelle de ce « hit » punk est vraiment réussie. L’excellente Émily Loizeau s’en sort correctement avec l’un des premiers titres de Noir Désir, Où veux-tu qu’je r’garde, bien que sa douce voix ne rend pas l’énergie que cette chanson dégage habituellement. Hormis ces dix minutes plus intéressantes, cet album est d’un ennui navrant. Dommage.

- Desc. : Reprises pop
- R.S.V.A. : Vanessa Paradis, Etienne Daho, Lio

Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0