[] [] [] [] [] []

SALON DU DISQUE ET DES ARTS UNDERGROUND DE MONTRÉAL

Ghost Blonde

NO JOY

Mexican Summer

jeudi 10 février 2011, par Éric Dumais

(3.5/5) La jeune formation No Joy s’est fait remarquer au début de l’année alors qu’elle jouait en première partie de Best Coast au Friendship Cove, à Montréal. Fières de leur succès et de la réception du public, les deux musiciennes à la longue chevelure blonde ont fait paraître, à la mi-novembre, leur tout premier effort, un exemple de force et de détermination appelé Ghost Blonde.

Largement inspirée par le shoegaze et le grunge des années 90, la musique de No Joy, loin d’être en lice pour devenir le prochain hymne national québécois, s’inspire néanmoins d’influences musicales de prestige, dont les principales, Jesus and Mary Chain et My Bloody Valentine. Tout comme leurs mentors britanniques et irlandais, No Joy privilégie les chants fantomatiques et vaporeux, perdus dans la réverbération et les multiples échos, ainsi que les guitares électriques, mises à l’avant-plan elles aussi, qui ont la plupart du temps tendance à donner le ton aux chansons du duo.

On remarque au passage certaines chansons intéressantes, dont Mediumship, Heedless, You Girls Smoke Cigarettes ? (qui ressemble étrangement à Ready to Start des Arcade Fire) et Ghost Blonde, pour ne nommer que celles-ci. Cependant, notre principale déception provient du fait que l’opus, malgré les belles promesses qu’ils nous soufflent au visage, s’épuise de lui-même, à savoir que le deuxième parcours est pas mal moins intéressant que le premier. C’est dommage, car l’ambition était là, mais la force et l’énergie ont tendance à s’épuiser, comme un coureur qui atteint les derniers mètres de sa course.

Ghost Blonde est un disque que l’on écoute facilement comme musique d’accompagnement, entre amis, puisqu’il ne présente pas assez d’intérêt pour mériter une écoute attentive. C’est une très belle alternative aux groupes noise shoegaze des années 80 et 90.

- Desc. : Shoegaze
- R.S.V.A. : Jesus and Mary Chain, My Bloody Valentine, A Place to Bury Strangers

Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0