[] [] [] [] [] []

SALON DU DISQUE ET DES ARTS UNDERGROUND DE MONTRÉAL

Sing Along To Songs You Don’t Know

MÚM

Euphono

vendredi 20 novembre 2009, par Éric Dumais

(4/5) Il y a des groupes qui réussissent, bon gré mal gré, à suivre leur voie malgré les embrouilles qui peuvent s’interposer sur leur chemin. C’est le cas pour Múm, une formation pour le moins hétérogène, qui est de retour avec un tout nouvel opus, et… de tout nouveaux membres !

Sing Along to Songs You Don’t Know est le cinquième album du septuor islandais à la verve éclatée. Disons-le en toute allégresse : qui dit changement, dit vent de fraicheur et de nouveauté. Bien entendu, la période florissante de la formation est déjà chose du passé puisque les jumelles Valtýsdóttir, qui constituaient ensemble la matière grise et l’énergie du band, ont quitté le groupe au grand désarroi de leurs fans. Et l’utilisation du glitch, soit dit en passant, s’est également éteinte en même temps que l’ambiance électro-expérimental qui parcourait l’ensemble des albums précédents. Bon, outre ces détails pour le moins majeurs, il est vrai, il serait peut-être temps de verser une dernière larme et d’écouter attentivement ce que le nouveau Múm a à nous offrir.

Dès le commencement de la composition If I Were A Fish, le sort est jeté. Ceux qui grimacent à l’écoute de cette mélodie pour le moins « cartoonesque », aux arrangements pop-folklorique totalement éclatés mais ô combien savoureux, ne vous forcez même pas à écouter la suite. Par contre, ceux qui ouvrent la bouche de ravissement devant autant d’intelligence et de délicatesse, relaxez-vous et prenez le temps de savourer cette brise de fraicheur islandaise. Fermez donc les yeux et écoutez la suite. Sing Along débute et on a l’impression d’écouter un collage musical dadaïste, tellement il y a d’instruments qui se côtoient et qui se font aller dans cette chanson. Des applaudissements au clavier tonitruant, à la voix douce et enjouée de la nouvelle chanteuse, au ukulélé et aux guitares complètement déglingées, sans oublier les violons et violoncelles qui s’entrecoupent et s’entrecroisent comme sur une sonate de Beethoven, on s’étonne à trouver entraînante cette super-mélodie-pop-folk-complètement-déjantée ! Les membres de Múm possèdent un sens du détail étonnant qui alimente à plein régime une rythmique en tous points savoureuse (Prophecies And Reversed Memories), mais aussi une sensibilité musicale hors pair, qualité que l’on retrouve dans maintes compositions telles qu’A River Don’t Stop To Breath ou Húllabbalabbalúú, les deux meilleures ballades de l’opus.

Comme le dit si bien le titre de l’opus, vous vous surprendrez à chanter des chansons que vous ne connaissiez pas et à fredonner des enjambées vocales complètement délirantes : « Deep, deep, deep… Húllabbalabbalúú ».

- Desc. : Pop-folklorique, expérimental.
- R.S.V.A. : Sigur rós, Amiina, Efterklang.

Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0