[]

Les Criquets Crinqués (CISM 89,3 FM)

Accueil du site > Musique > M > MOUNT EERIE

Clear Moon

MOUNT EERIE

P.W. Elverum & Sun Ltd.

mardi 25 décembre 2012, par Jean-François Rioux

(4.5/5) Clear Moon est le premier de deux albums à paraître cette année, la suite paraîtra en septembre prochain. Phil Elverum est un artiste fascinant, ses fans lui vouent un véritable culte et font des pieds et des mains pour se procurer tout ce qu’il touche.

Les débuts de son projet Mount Eerie, puisque M. Elverum est aussi connu sous le pseudonyme de The Microphones, ont commencé sous une autre forme, sous une forme plutôt rock, lo-fi qui pouvait rappeler des groupes comme Eric’s Trip. Par la suite le projet Mount Eerie a véritablement pris forme, à priori comme un projet folk poétique, de magnifiques textes mélancoliques, sur des mélodies si simples et si évocatrices à la fois. La simplicité du ton et du timbre de voix de Phil Elverum est attachante, elle nous porte et on lui fait confiance, même dans les ambiances les plus lugubres.

C’est avec la parution du sublime Wind’s Poem en 2009 que la musique de Mount Eerie a pris un léger virage vers plus d’obscurité. Sur cet album on pouvait ressentir ses influences pour la musique black métal et doom, aussi étrange que cela puisse paraître le mixte de la musique folk de Elverum et d’une sonorité plus lourde passe très bien et démontre une nouvelle facette de sa musique. Une musique qui en profite pour être constamment en évolution. Depuis cet album, c’est comme si la poussière retombait doucement, comme si un arbre était tombé et que des grains de sables flottaient encore en l’air. C’est l’image que rend Clear Moon, un disque qui rassemble cette fois-ci les nombreuses influences de Mount Eerie avec quelques nouveaux aspects.

D’album en album, Mount Eerie se transforme et évolue, et cette transformation est toujours éblouissante. Sur Clear Moon on peut entendre plus d’effets de guitares, parfois nous rappelant le shoegaze, aussi grâce à la voix des choristes par-ci par-là comme dans « The Place I Live ».

Puis dans « Long Bell » on peut entendre des extraits de cuivres qui encore une fois ajoutent aux sonorités si simples et si rêveuses. En bref, Clear Moon est un bel album pour voyager dans sa tête, la voix monocorde (un peu sur le ton de Markus Acher de Notwist) est paisible et hypnotisante, le tout est diversifié mais homogène. Sans aucun doute un des grands disques de cette année, pour gens avertis, ouverts d’esprits et curieux.

- Desc. : Folk-doom-gaze
- R.S.V.A. : Piano Magic, Boduf Songs, Mark Kozelek

Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0