[]

Monogamies - Comment une chanteuse country a fucké ma vie sexuelle

Accueil du site > Musique > M > MOONFACE

Julia with Blue Jeans On

MOONFACE

Paper Bag

vendredi 3 janvier 2014, par Jean-François Rioux

(3/5) L’audacieux projet de Spencer Krug, Moonface, nous revient dans une toute nouvelle forme, intimiste et dépouillé autant que possible. Sans guitares, ni tambours, on y retrouve que la voix de Krug et son piano. Nue, simple, sans aucun artifice, une œuvre plutôt personnelle, tout ce qu’on y reconnaît est sa voix imparfaite et son type de mélodie que l’on retrouvait aussi dans ses formations Sunset Rubdown, Wolf Parade et Swan Lake.

C’est sous des allures d’opéra rock que l’album prend son envole, des déliree mélodiques ou la verbe se laisse aller, ou le piano dirige le tout avec une teinte de minimalisme avec des progressions parfois épiques. Le côté pop de cet album est séduisant, un mélange de la beauté pure du son des cordes de piano, agrémenté d’une voix abimée, juste mais de justesse, nasillarde et imparfaite qui salit joliment le tout pour en faire un produit qui ne plaira pas au grand public. Love the House You’re In est sans doute la plus belle chanson de cet album, mais il vous faudra passer la première moitié de l’album pour l’atteindre enfin.

D’un autre côté, les allures classico-progressives passent pas tout à fait, certains morceaux comme Dreamy Summer sont carrément trop longs et la petite thématique donnant des airs d’opéra rock est plus ou moins agréable. Ce n’est définitivement à la hauteur d’un album d’Antony and the Johnsons. À certain moment on aimerait lui taper dans le dos pour lui dire « Hey Spencer, on est toujours là », car il joue pour lui, il est dans sa bulle et certains y entreront d’autres pas du tout.

En final, le résultat est beau, pas incroyable, ni magnifique mais beau. Une simplicité agréable, une douceur, une feuille valsant au vent avant de frapper le sol. Une goutte de pluie ruisselant sur le pare brise à l’infini, une mélancolie romantique mêlant son et images.

- Desc. : Pop-piano classique
- R.S.V.A. : Antony and the Johnsons, Patrick Watson, Chilly Gonzales

Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0