[]

Les Criquets Crinqués (CISM 89,3 FM)

Accueil du site > Musique > M > MONOGRENADE

Composite

MONOGRENADE

Bonsound

jeudi 5 juin 2014, par Nicolas Pelletier

(3.5/5) On les a comparés depuis leurs débuts : le groupe Monogrenade a toujours eu une espèce de parenté musicale avec Malajube. Moins pop dynamique, et (donc ?) moins connu, le quatuor de Montréal est toujours resté dans l’ombre de Malajube, l’un des rares groupes rock québécois francophones (d’Amérique du Nord d’origine française — salut Elvis !) à avoir fait sa niche dans les oreilles de mélomanes anglophones Monogrenade a toujours préconisé un rock ambiant et planant. Depuis le premier album, « Tantale » en 2011 – et même depuis le EP « La saveur des fruits » de 2009 - Jean-Michel Pigeon (ex-Winter Gloves) et sa bande se la jouent cool, jouant avec subtilité et tentant de nous enivrer d’ambiances planantes. Ça demeure la même direction avec ce nouvel album.

Sur "Composite", leur second microsillon (et premier depuis la pause indéterminée de Malajube), ils persistent dans la lignée ambiante (l’intro Portal, puis la première pièce Composite), avant d’augmenter un peu la cadence sur L’Aimant, qui jouit de superbes arrangements de violons, presque classique. Il y a non seulement du Malajube dans leur son (surtout au chant, assez flagrant sur J’attends), mais aussi du Karkwa, du Avec pas d’casque et du Navet Confit, voire même du Patrick Watson dans la musique de Monogrenade. Pigeon chuchotte ses textes, comme s’il ne voulait pas déranger les musiciens (Cercles et pentagones).

Lorsque le chant prend davantage sa place en avant-plan, ça donne Labyrinthe (non, ce n’est pas un lien avec l’album de... Malajube !), à laquelle est invitée l’excellente Marie-Pierre Arthur, dans un dialogue amoureux qui évite les clichés. On évoque ici un "vortex amoureux qui m’entraîne vers toi". Belle ivresse !

"Composite" est un album qui se découvre tranquillement, au fil des écoutes. Plusieurs pièces sont assez hermétiques à la première écoute, mais on y apprécie immédiatement les qualités musicales et la richesse des arrangements. Le propos de Jean-Michel Pigeon demeure bien camouflé, mais ceux et celles qui s’y attarderont ne perdront pas leur temps.

- Desc. : Indie pop-rock, folk
- R.S.V.A. : Malajube, La Patère Rose, Lila dit ça

Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0