[] [] [] [] [] []

SALON DU DISQUE ET DES ARTS UNDERGROUND DE MONTRÉAL

For My Parents

MONO

Temporary Residence

lundi 15 octobre 2012, par François Crevier

(4/5) J’ai eu envie de débuter cette critique par le mot « magique » mais heureusement mon surmoi journalistique s’est déclenché juste à temps pour préserver ce qui me reste d’objectivité. Pour ceux n’appréciant pas tellement la confusion, précisons d’emblée que le Mono dont il est question ici n’a pas de lien de parenté avec le Monsieur du même nom (Éric Goulet) pas plus qu’avec le groupe de trip hop anglais Mono qui a sorti un album intitulé Formica Blues en 2008.

Nous sommes en effet ici en présence d’un groupe post-rock japonais originaire de Tokyo qui s’est forgé une jolie réputation avec quelques solides albums tels que « One Step More and You Die » et « Walking Cloud and Deep Red Sky » notamment.

Avec « For My Parents », la formation nippone nous emmène dans des univers d’une douceur violente, pleins de comètes qui déchirent le ciel et de volcans lunaires fomentant des cataclysmes grandioses. Malgré l’absence totale de voix humaines, il faut reconnaître que le groupe sait transmettre l’émotion avec ces instruments. Le quatuor use d’un langage cinématographique semblable à Godspeed You Black Emperor qui ne confine pas l’esprit mais qui plutôt le libère ! Cet opus s’inscrit tout droit dans le sillage des précédents et ne se laisse pas vraiment porter par de nouveaux courants. Cela dit, il a la grande qualité de nous faire voyager, cette fois-ci dans cinq contrées majestueuses dont les plus mémorables sont sans aucun doute « Dream Odyssey » et « Unseen Harbor ».

Alors, magique, peut-être pas ! Mais d’une grande beauté et d’une grande liberté.

- Desc. : Post-rock
- R.S.V.A. : Mogwai, Destroyalldreamers, Explosions In The Sky

Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0