[]

Monogamies - Comment une chanteuse country a fucké ma vie sexuelle

Accueil du site > Musique > M > MOLINA, TONY

Dissed and Dismissed

MOLINA, TONY

Slumberland

mercredi 18 février 2015, par François Crevier

(3.5/5) Bon, qu’est-ce qu’il y a dans le lecteur MP3 ce matin ? Tony Molina, tiens tiens… ça me dit quelque chose. Essayons ça. Rien à perdre. Y’a des matins comme ça où on prend le premier venu, emporté par l’ivresse d’une petite partie de roulette russe auditive.

Puis tout ça suit son chemin comme si de rien était dans les oreilles, procurant beaucoup d’agrément aux dites oreilles. Et après quelques 12 minutes de bon plaisir : silence radio ! Quoi ? Déjà fini !?! Une fois passé le sentiment d’avoir été floué par trop peu de musique, on décide de remettre ça ! Puis une autre fois tiens ! Vous avez compris : voilà un album qu’on doit écouter 3 fois pour être rassasié tellement il est court. C’est comme le buveur de café Tim Hortons qui doit s’enfiler 3 shots d’espresso pour avoir sa dose de café !

Si on met toutes ces histoires de format de côté, il faut avouer que ces 3 ou 4 accords gorgés de fuzz et ces solos mélodiques écorchés vifs requinquent drôlement son homme ! Si on colle l’oreille, on entend J. Mascis ou du Weezer (du temps que Weezer faisait de la musique décente) et ça frôle aussi le son de Guided by Voices à qui mieux-mieux. Ça donne le goût de jouer de la guitare très fort dans son garage et même si on ne sait pas en jouer, ça donne le goût de faire du « air guitar » tout seul dans l’abribus sous le regard des passants abrutis interloqués.

Bref, comme on dirait au Saguenay, à cause c’est court de même ? Qui sait, c’est peut-être l’austérité ?

- Desc. : Grunge power pop
- R.S.V.A. : Weezer, J. Mascis, Guided by Voices

Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0