[]

Monogamies - Comment une chanteuse country a fucké ma vie sexuelle

Accueil du site > Musique > M > MILLIMETRIK

Lonely Lights

MILLIMETRIK

Coyote

jeudi 9 octobre 2014, par Émile Foucher

(3.5/5) Inspiré d’une mégalopole orientale imaginaire, Lonely Lights, le septième album du musicien électronique Millimetrik (aka Pascal Asselin), propose, par ses ambiances planantes et langoureuses, un temps d’arrêt dans l’effervescence de la ville.

Ponctué de diverses influences, Lonely Lights est un parcours qui nous fait découvrir un espace urbain imaginaire, où se côtoient différents univers. La diversité des inspirations (le hip-hop dans Cet endroit que je dois visiter, le tri-pop de Mystère Xi’an ou l’industrielle Lumières Solitaires) contribue à la richesse des univers sonores de Pascal Asselin alias Millimetrik.

Des pièces comme Charles Tisseyre à Kowloon Walled City (un titre qui ne se prend pas au sérieux) ou Lumières solitaires, qui disparaissent dans le brouillard, est la preuve que Millimetrik demeure l’un des seuls compositeurs électroniques du Québec capable de réaliser un album conceptualisé, débordant d’influence et qui a l’avantage de bien sonner.

L’exploration, notable sur Le temps qui passe, le temps qui meurt, le temps qui s’écrit ; qui accompagne un monologue existentiel, ou sur Métaphores-Mégalopoles, avec ses voix d’inspirations orientales en arrière-plan, confirme son statut d’ambassadeur de la musique électronique au Québec.

Lumineux et planant, Lonely Lights est l’album parfait pour s’abandonner seul, écouteur sur les oreilles, à déambuler sur une artère vibrante surplombée de néons fluorescents.

- Desc. : Électronique, Ambiant, Down-tempo
- R.S.V.A. : Boards of Canada, Gold Panda, Lowfish

Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0