[] [] [] [] [] []

SALON DU DISQUE ET DES ARTS UNDERGROUND DE MONTRÉAL

Accueil du site > Musique > M > MERCURY REV

Snowflake Midnight

MERCURY REV

Yep Roc

dimanche 28 décembre 2008, par Nicolas Pelletier

(4/5) Le plus récent album des légendaires et influents Mercury Rev est d’une agréable douceur et cultive le goût de planer avec ses auditeurs. Reconnus par la critique mais méconnus du grand public, le groupe mené par Jonathan Donahue et Dave Fridmann depuis le milieu des années 80 n’a jamais cessé d’explorer les différentes façons de créer du son, sans ne jamais perdre de vue l’aspect mélodique qui leur est cher.

Pour ceux et celles qui n’ont jamais eu l’occasion de goûter au Rev, imaginez un mélange des Pink Floyd pour le côté psychédélique hallucinant (People Are So Unpredictable) ou même un peu Residents (Runaway Raindrop avec voix monocordes et guitare à la Snakefinger), de Fugazi pour l’énergie (Senses On Fire), et des Beatles pour la force mélodique (Butterfly’s Wings). Il y a tellement de détails à écouter dans leur riche musique que plusieurs écoutes sont nécessaires pour vraiment apprécier le travail d’orfèvres du son, art que le groupe a peaufiné à travers les années.

Pas nécessairement de gros tubes sur ce nouvel album, rien de comparable avec l’album Deserter’s Songs, de 1998, qui avait produit trois simples se hissant dans le top 40 en Angleterre, et auquel deux anciens de The Band, Levon Helm et Garth Hudson, avaient collaboré. Mais tout de même une uniformité et une qualité remarquable tout au long des pièces. Voilà un album qui s’écoute avantageusement d’une traite plutôt que chanson par chanson, et même plusieurs fois en boucle, vu l’ambiance feutrée qui s’en dégage.

Les claviers sont omniprésents sur ce septième album de Mercury Rev. Ils prennent amplement leur place, créent des paysages sonores (October Sunshine) et servent à préparer l’ambiance au début ou à la fin d’un morceau. Ceux-ci font entre deux et six minutes, mais ont tous l’air beaucoup plus long, de par leur nature organique, étendue dans le temps sans soucis de formatage ou de considération commerciale. On a vraiment affaire à une musique qui sent la liberté à plein nez, et qui a été conçue avec un amour du son évident.

Notons finalement que Mercury Rev a également sorti un autre album cet automne, le même jour que Snowflake Midnight, intitulé Strange Attractor et uniquement disponible en format MP3.

- Desc. : Space rock libre
- R.S.V.A. : Flaming Lips, Sparklehorse, The Polyphonic Spree

Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0