[]

Monogamies - Comment une chanteuse country a fucké ma vie sexuelle

Accueil du site > Musique > M > MELODY’S ECHO CHAMBER

S/T

MELODY’S ECHO CHAMBER

Fat Possum

lundi 14 janvier 2013, par François Crevier

(3.5/5) Melody Prochet, multi-instrumentiste française jadis affiliée à la formation My Bee’s Garden, s’est lancée récemment dans un projet intitulé Melody’s Echo Chamber, dont le premier album est paru fin 2012 sur l’excellente étiquette Fat Possum.

Réalisé avec l’aide de Kevin Parker (Tame Impala), cet album éponyme surprend dès les premières notes en tissant un cocon envoûtant autour de sa proie mélomane. L’atmosphère qui se dégage est absolument délectable tantôt d’une douceur infinie, tantôt d’une langueur hypnotique un peu étrange. Chose certaine vous vous sentez entrer dans un microcosme des plus vaporeux où les notions de temps et d’espace étaient distordues.

On a franchement l’impression d’écouter un très bon album de Stereolab alors que les rythmes lounge, les guitares rétros et les manigances électroniques portent une voix suave qui laisse filtrer de nombreuses bribes de français, comme sur l’excellente pièce « Snowcapped Andes Crash ».

Malgré un son fort intéressant, on pourra reprocher à ce disque d’être un peu toujours sur le même ton et de manquer de variété et de reliefs ce qui, à la longue, lasse un brin.

Il est toutefois difficile de ne pas tomber sous le charme de Melody. Des pièces telles que « I will follow you », « Endless Shore » et « Mount Hopeless » ne laissent aucun doute sur le potentiel de cette jeune musicienne.

Voilà un premier effort qui mérite en tout cas d’être souligné.

- Desc. : Électro-pop shoegaze dreamy
- R.S.V.A. : Stereolab, Blonde Redhead, My Bloody Valentine

Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0