[]

Les Criquets Crinqués (CISM 89,3 FM)

Accueil du site > Musique > M > MCGUINNESS, EUGENE

S/T

MCGUINNESS, EUGENE

Domino

lundi 5 octobre 2009, par Nicolas Pelletier

(4/5) Ce sympathique musicien oeuvrant à Londres mais d’origine Irlandaise présente un premier album dynamique, remarquable par ses mélodies fortes son énergie contagieuse (Fonz, à la Smiths, ou l’entraînante Moskow State Circus dont la fin est presqu’épique). Ce gars a le talent mélodique d’un Morrissey, la voix d’un Rufus Wainwright en moins mégalo (Not So Academic) et l’énergie d’un Bobby Conn. Sa musique est des plus up beat, rendant impossible l’immobilité du pied de l’auditeur, qui, dès la premier écoute, sera emporté par les rythmes effrénés de sieur McGuinness.

Sans avoir le panache des Beatles, disons que la pop explosive se compare avantageusement à tous les groupes de soul pop de sa génération. Lorsque plus calme (Wendy Wonders), le jeune auteur-compositeur-interprète de 24 ans charme par ses habiletés vocales et mélodies planantes. On y décèle également un certain humour ’’tongue in cheek", comme disent les Anglais, qui le rapproche, dans l’esprit et parfois dans le ton, aux Vampire Weekend (Those Old Black & White Movies Were True). McGuinness est aussi capable de rockabilly (Nightshift) et de honkey tonk (Atlas), virant parfois au kitch à la Jeremy Jay. À bien des égards, il fait penser aux Kinks, par son côté dandy éléguant, humoristique et mélodique.

McGuinness a débuté la compo à l’âge de 15 ans. En quittant Londres, il s’inscrit au Liverpool Institute of Performing Arts où son talent est remarqué. Il a d’ailleurs eu l’honneur de jouer pour Sir Paul McCartney. Cet album, sorti en mars 2008 en Europe et plus récemment de ce côté de l’Atlantique, est son premier long-jeu. Un EP, judicieusement intitulé « The Early Learnings Of Eugene McGuinness » sortait en 2007 et s’était fait remarquer par la BBC et le magazine Drowned in Sound qui lui décernait un 9 sur 10.

On ne pourrait être plus d’accord avec ces éminents penseurs de la scène britannique : Eugene est bourré de talent et est promis à un brillant avenir. Voilà un album rafraîchissant et énergique, composé par un excellent mélodiste et produit impeccablement. Recherchez la pochette blanche avec un jeune homme en tenue d’escrime chez votre disquaire préféré. (NP)

- Desc. : Indie pop
- R.S.V.A. : Badly Drawn Boy, Morrissey, Kings of Convenience

Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0