[]

Les Criquets Crinqués (CISM 89,3 FM)

Accueil du site > Musique > M > MCGRATH, EAMON

Peace Maker

MCGRATH, EAMON

White Whale

mardi 7 septembre 2010, par Éric Dumais

(3/5) Un vieil habitué de la musique folk-rock lo-fi vient de renaître de ses cendres chez White Whale (The Mohawk Lodge, Adam Franklin/Handsome Furs, Poorfolk) et il se nomme Eamon McGrath. Son opus, Peace Maker, lequel est paru en magasin le 20 juillet dernier, est la continuité de l’œuvre avec laquelle McGrath s’était fait connaître l’an passé, à savoir 13 Songs of Whiskey an Light (2009).

Originaire d’Edmonton, en Alberta, Eamon McGrath est un artiste qui s’investit beaucoup dans sa musique. Il a une façon de chanter qui lui est propre, et il n’hésite pas à pousser sa voix grave jusqu’aux limites du possible. Ses mélodies sont de fait très inspirées, son chant toujours touchant, et le résultat, hautement fabuleux. Il faut l’écouter attentivement pour en apprécier le potentiel.

Peace Maker est un opus un peu plus accessible et moins spontané que 13 Songs of Whiskey and Light, qui était une compilation de ses 13 meilleurs succès en carrière. Car semble-t-il qu’il a produit un nombre record de 18 albums depuis l’année 2006, et ce, de façon totalement indépendante ! C’est la raison pour laquelle Peace Maker semble plus travaillé, un peu plus mature, et beaucoup plus personnel. L’opus démarre en trombe avec Before you Got so Sad, une pièce où la voix de McGrath semble sur le point de s’éteindre, tellement elle est grave et enrouée. Imaginez une fusion entre les voix de Leonard Cohen et de Tom Waits, et vous obtiendrez celle d’Eamon McGrath ! Mais heureusement, l’artiste canadien se reprend et retrouve peu à peu sa bonne vieille voix de stentor, qui s’harmonise si bien avec le reste de l’orchestration. En général, McGrath nous offre de bonnes mélodies bien rythmées à la sauce folk-rock (lesquelles sont beaucoup mieux enregistrées que sur l’opus précédent, soit dit en passant), et qui donnent parfois une série de frissons dans le dos. En effet, la chanson Heaven Run Me Down, au sein de laquelle Eamon McGrath est accompagné par une magnifique voix féminine, est d’une beauté exquise, et donne franchement l’envie de la réécouter encore et encore. Sinon, il faut absolument prêter l’oreille au rythme enlevant sur Dark End of the City, et terminer l’écoute avec la pièce finale, No One’s Gonna Love You When You’re Gone, que vous chanterez sans arrêt.

Peace Maker, c’est du bon rock bluesé à la Tom Waits, avec certains accents folk délicieusement bien rafistolés ! Un « must » !

- Desc. : Folk-rock bluesé
- R.S.V.A. : Bruce Springsteen, Bright Eyes, Yesterday’s Ring

Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0