[] [] [] [] [] []

Les Criquets Crinqués (CISM 89,3 FM)

Accueil du site > Musique > M > MARR, JOHNNY

The Messenger

MARR, JOHNNY

Warner

jeudi 11 avril 2013, par Nicolas Pelletier

(2.5/5) On n’a pas assez entendu de perles de la part du guitariste Johnny Marr depuis la séparation des légendaires Smiths en 1987 après seulement 4 oeuvres studio. Le chanteur et parolier extravagant Morrissey a connu la carrière solo qu’il a connue, publiant un album bon an mal an, duquel naissent des moments de grâce (l’inégalé « Viva Hate » de 1988) et des plusieurs disques ordinaires.

Johnny Marr (John Martin Maher de son vrai nom) a eu beau collaborer avec tout le bottin des artistes Anglais, fait partie de groupes comme The The, Electronic (avec Bernard Sumner de New Order et Neil Tennent des Pets Shop Boys), Modest Mouse et The Cribs ou travaillé avec Bryan Ferry, les Pretenders, Jane Birkin, Talking Heads, Black Grape, Billy Bragg, Beck et Oasis (pour ne nommer que les plus connus), il n’a jamais brillé autant qu’aux côtés de Morrissey avec les Smiths. Le fait est que Marr n’est pas un chanteur exceptionnel. Il se défend bien mais ne fait guerre mieux que les frères Gallagher d’Oasis (ensemble ou séparément) avec des morceaux tels European Me. Les riffs de guitares sont assez bons (I Want the Heartbeat), la plupart du temps, et on y trouve un certain entrain (Generate ! Generate !) mais jamais on ne s’exclame « wow ! Cette chanson est extraordinaire ». Il y a bien la pièce titre qui accroche plus que les autres, avec son riff strident, sa basse funk pop et ses claviers. Celle-là fait penser aux chansons de Nick Thorburn avec Islands. Curieusement, la seconde partie de cet album est meilleure que les premiers titres. Est-ce parce qu’on s’habitue graduellement au son de Marr qu’on aime davantage les New Town Velocity – la 7e sur 12 pièces – ou le ton plus chill à la Travis qui plait davantage ? Bah, Johnny nous ressert ensuite des pièces rock enlevantes (Sun and Moon), certes, mais pas vraiment spéciales et assez prévisibles (Upstarts).

Est-ce l’inévitable comparaison avec les hymnes que Morrissey et Marr ont écrits ensemble, entre 1984 et 87, ou simplement l’âge et la routine qui font de Johnny Marr, aujourd’hui 49 ans, un excellent sideman qui, malheureusement, n’arrive pas à s’élever aussi haut en solo ? Est-ce qu’on attend trop de ce gars étant donné son parcours avec un groupe de légende ? Quoi qu’il en soit, on a ici un album intéressant par moments, mais trop souvent anonyme (Say Demesne).

- Desc. : Brit rock alternatif
- R.S.V.A. : The Verve, Oasis, The Stills

Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0