[]

Monogamies - Comment une chanteuse country a fucké ma vie sexuelle

Accueil du site > Musique > M > MARCY PLAYGROUND

Lunch, Recess & Detention

MARCY PLAYGROUND

EMI

mardi 7 août 2012, par Jean-François Rioux

(1.5/5) La première chose que vous vous direz sera sans doute du type « Marcy Playground ? Ce n’est pas eux qui ont écrit le tube de 1997 Sex and Candy ? », puis vous rajouterez sans doute un « ils existent toujours ? ». Oui, et serez vous surpris d’apprendre qu’ils ont 6 albums à leur actif depuis leur modeste début de 1993 ? Je vous surprendrai de nouveau en admettant que leur album de 2009, Leaving Wonderland…In a Fit of Rage, n’est pas mauvais du tout !

Là où Marcy Playground se détériore, c’est lorsque le groupe écrase le citron, car ils l’ont déjà pressé plus d’une fois. Rappeler leur unique hit planétaire, en remettre, le ré-offrir à toutes les sauces comme sur l’atroce album de remix paru en 2010 (Indaba Remixes) qui est un ramassis de vidange incroyablement emmerdant. Croyez-le ou non, sur Lunch, Recess & Detention on nous ressert encore deux versions de Sex and Candy, une réenregistrée (vous ne verrez aucune différence) et un de ses remix pour les dancefloors à vomir debout. C’est ce qui s’appelle ne pas décrocher ! Insister sur une chanson, qui est très bonne, mais qui n’a aucunement besoin d’être rafraîchie et re-badigeonnée.

Sinon les plus grands amateurs du groupe canadien seront servis, puisque on retrouve une heure de musique, plusieurs inédits, des nouvelles versions et des b-sides. Si quelqu’un veut vraiment entendre des morceaux non retenus de leurs albums précédents.

Leur rock alternatif est toujours le même, on y entend du Smashing Pumpkins, du Weezer avec une sauce un peu plus canadian-rock et quelques soupçons de country-folk. Le point fort, ou moins faible, est les reprises que l’on retrouve sur le disque, qui malgré tout ne sont pas très utiles. Vous retrouvez là trop excessivement repris Hallelujah de Leonard Cohen et la réussit mais très identique The Needle and the Damage Done de Neil Young.

Le premier simple de l’album, Mr. Fisher, est une pièce non-retenue de leur album MP3 paru en 2003, un horrible morceau reggae-folk radioplatonique. C’est à souhaiter que cette affreuse chanson ne tourne pas à la radio cet été…prions.

Un vrai nouvel album, original, mature et intelligent aurait été plus apprécié qu’un ramassis d’ordure que personne ne veut vraiment entendre. Message aux gars de Marcy Playground, la plupart de vos albums on les plus laides pochettes de disque de l’histoire de la musique alternative canadienne, bravo.

- Desc. : Pop-rock alternatif canadien
- R.S.V.A. : Ben Folds, Smashing Pumpkins, Mickey 3D

Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0