[] [] [] [] [] []

Monogamies - Comment une chanteuse country a fucké ma vie sexuelle

Accueil du site > Musique > M > MANNEQUIN MEN

Lose Your Illusion, Too

MANNEQUIN MEN

Flameshovel

mercredi 2 décembre 2009, par Éric Dumais

(4/5) C’est en 2007 que le label Flameshovel signait une entente de production pour l’album Fresh Rot des excentriques Mannequin Men. Cette fois-ci, les quatre musiciens nous reviennent avec Lose Your Illusion, Too, un troisième opus qui risque de les faire sortir de l’ombre en quatrième vitesse.

Mannequin Men est un quatuor formé à Chicago vers la fin de l’année 2003 par les membres fondateurs Kevin Richard (chant, guitare), Seth Bohn (batterie, chant) et Ethan D’ercole (guitare, chant), ainsi que Rick Berger (basse, chant). Étant une excuse pour décrocher et pour passer du bon temps ensemble, la musique est devenue une passion commune pour les trois membres et c’est ainsi qu’est né, de la main créatrice de trois jeunes artistes rock au talent inné, un premier LP nommé Showbiz Witch (2005). Ce premier effort permet aux jeunes musiciens de faire quelques spectacles, mais surtout de côtoyer des groupes de renom tels que The Black Lips, The Circle Jerks, No Age et plusieurs autres. Puis, c’est en 2007 que Mannequin Men sort Fresh Rot. Cet ensemble de treize pièces, aux accents légèrement criards, leur a permis de développer un style propre, très rock garage, mais ô combien défoulant. Lose Your Illusions, Too demeure cependant l’album clé que les fans du quatuor attendaient, avec en prime une petite touche spéciale…

La couverture de l’album présente les quatre artistes nus comme des vers, avec, en guise de costume, des masques qui dissimulent leurs visages par… d’autres visages ! Pour une entrée en matière, ils n’y vont pas de main morte. Lose Your Illusion, Too est un opus rock garage, ni plus ni moins, duquel s’échappe une maturité et une maîtrise à nous faire baver de plaisir. À première vue, l’album est rythmé et agréable à l’oreille, mais plus on l’écoute, plus on s’imprègne des mélodies solides des Mannequin Men. Et la voix de Kevin Richard est probablement l’arme la plus efficace du bataillon. Un rien éraillée, quelque peu semblable à celle de Jeremy Lublin de We Are The Fury, elle accompagne bien les beats de guitares aux sonorités garage qui prédominent sur ce dernier album. Du début jusqu’à la fin, l’énergie qui se dégage de chaque composition est étonnante, mais pas autant que la ressemblance qu’il y a avec de nombreuses influences rock. En passant par Aerosmith avec Exquisite Corpse, The Hives avec WTF LOL ou The Ramones avec I Don’t Care, Mannequin Men est un ramassis exquis de groupes majeurs qui ont marqué le rock de notre millénaire. Sans être rangé au rang des vulgaires copies, Lose Your Illusions, Too est un album assumé qui présente des pièces aux rythmes effrénés et totalement endiablés (Rathole, Cream Rises), et d’autres aux accents plus pop rock mélodiques qui ralentissent la rythmique légèrement essoufflante de l’opus (Who Is Alice Golden ?, Kinda Babes).

Ce troisième album de la formation américaine Mannequin Men fait légèrement penser à un bonbon exquis dont nous ne serions pas capables de nous passer. On essaie de ne croquer que les coins, afin d’en laisser le plus possible, mais inévitablement le centre jaillit et nous sommes trempés dedans jusqu’au cou. C’est à quelques exceptions près la même chose avec l’album. Un pur délice !

- Desc. : Rock garage.
- R.S.V.A. : We Are The Fury, The Black Lips, The Hives.

Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0