[]

Les Criquets Crinqués (CISM 89,3 FM)

Accueil du site > Musique > M > MANDELL, ELENI

I Can See the Future

MANDELL, ELENI

Zedtone

mardi 14 août 2012, par Nicolas Pelletier

(3/5) Le petit dernier de la collection d’albums de la prolifique Californienne Eleni Mandell est beaucoup plus doux que ses prédécesseurs. Non pas que Mandell faisait du gros rock avant, loin de là, mais « I Can See the Future » est bourré de jolies ballades, accompagnées de légère batterie à balais, de basse soyeuse et de chœurs harmonieux, gracieuseté de ses copines des Living Sisters.

On nage dans la soie sur les deux premiers titres, The Future et Magic Summertime, alors que le troisième titre est un brin plus accrocheur : Now We’re Strangers sonne comme de l’ancien jazz et le quatrième, I’m Lucky, est un folk tranquille qui renoue davantage avec le ton unique de la chanteuse. Un brin pince-sans-rire, un brin mystérieuse, un brin élégante et avec la petite touche de la femme qui se sait séduisante, Eleni Mandell retrouve sa voix au fur et à mesure que se continue ce 8e album (en plus de plusieurs EP) en carrière. Desert Song – la bien nommée - est un folk dénudé où l’on visualise la grande brune chanter dans le désert, le soir. Quelques notes très graves permettent d’apprécier le beau registre de la voix de l’artiste de 43 ans. Personnellement, je suis moins interpellé par les titres de country folk tels Never Have To Fall in Love Again (en duo avec Benji Hughes), bien qu’il s’agisse d’un morceau habilement livré. Peu de surprises, mais une bonne ambiance, tout de même. Sur Bun in the Oven (l’expression qui signifie « être en cloque » en anglais), c’est carrément à Margo Timmins et aux Cowboy Junkies qu’on pense, étant donné les accents country et la douce voix grave, envoutante.

Il reste qu’à mon avis les albums « Miracle of Five » (2007) et « Artificial Fire » (2009) demeurent bien meilleurs que ce petit dernier, réalisé par Joe Chiccarelli, qui a travaillé avec The Shins, The Strokes et les White Stripes. PS : L’influence de ces trois formations rock n’est absolument pas perceptible sur l’opus de la native de Los Angeles qui a longtemps publié ses albums de façon indépendante avant d’avoir été recrutée par l’étiquette torontoise Zedtone.

- Desc. : Folk vaporeux
- R.S.V.A. : Neko Case, Norah Jones, Cowboy Junkies

Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0