[]

Monogamies - Comment une chanteuse country a fucké ma vie sexuelle

The Invisible Way

LOW

Sub Pop

lundi 6 janvier 2014, par Nicolas Pelletier

(4/5) Magnifique album d’indie rock intime de la part de Low. « The Invisible Way » est du calibre des grands disques qui accompagnent les moments forts (et tristes) d’une vie, tels qu’une séparation amoureuse ou un deuil. Low sévit dans le monde indie folk/slowcore depuis 1993, mené par Alan Sparhawk (guitare, chant) et Mimi Parker (batterie, chant), plus tard rejoints par Steve Garrington à la basse.

Le ton posé, l’accompagnement au minimal, la jolie voix de Mimi en arrière-plan, tout est en place pour laisser l’auditeur se bercer en plein spleen (Amethyst). Les pièces sont tellement lentes qu’on les croirait éternelles. Cinq minutes qui en paraissent dix, non pas parce qu’on s’ennuie, oh non ! Des morceaux qui transportent comme le font ceux de Bon Iver, de Neil Young (période « Zuma ») ou de Ida, Katie Moore ou Lost In The Trees.

Belles d’intensité (So Blue, qui vire presque au gospel) et de délicatesse (Holy Ghost, plus sur le penchant country du folk), les douze chansons du 10e album du parcours de Low touchent là où ça fait mal. Et si vous ne souffrez pas dans votre vie personnelle présentement (tant mieux !), vous apprécierez également la beauté des chants touchants de Sparhawk et Parker.

Le son du groupe Low a été initialement créé en blague. Sparhawk et le bassiste John Nichols jouaient sous le nom Zen Identity au début des années 90, alors que le grunge dominait la scène de Duluth, au Minnesota, d’où sont les gars. Ils se demandèrent comment le public réagirait s’ils jouent très doucement, avec parcimonie. Sparhawk y a tellement pris goût qu’il a quitté Zen Identity et invité son épouse Mimi Parker à l’accompagner dans cette voix unique.

« The Invisible Way » est l’un des albums du trio qui s’est hissé le plus haut sur les palmarès frôlant le top 40 au Royaume-Uni et en Irlande.

Sparhawk et Parker ont deux enfants et sont mormons pratiquants. En 2006, Sparhawk s’implique dans la construction d’une école au Kenya. Lors de sa visite sur place, il a déclaré que c’était l’un des moments les plus impressionnants de toute sa vie.

- Desc. : Slowcore/indie rock minimaliste
- R.S.V.A. : Bon Iver, Ida, Lost in the Trees

Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0