[]

Monogamies - Comment une chanteuse country a fucké ma vie sexuelle

Accueil du site > Musique > L > LOST IN THE TREES

A Church That Fits Our Needs

LOST IN THE TREES

Anti

dimanche 6 mai 2012, par Nicolas Pelletier

(4.5/5) Le genre d’album qu’on aime dès les premiers instants. Le genre d’album qu’on sait qu’on va aimer longtemps, qu’on va écouter souvent, qu’on va découvrir constamment. On y reconnaît immédiatement les signes indéniables de la qualité : belles mélodies accrocheuses, mais jamais bonbon, orchestration recherchée, arrangements originaux, livraison vocale sincère (Red).

Déjà, Ari Picker et sa bande avaient frappé fort en 2009 avec « All Alone in an Empty House », un magnifique disque de folk impressionniste, écrit dans les souliers d’un artiste-peintre. Ici, le folk de Lost in the Trees est un peu plus élaboré, un peu plus pop, frisant autant The Dø que les Decemberists et Owen Pallett à la fois. Au niveau mélodique, la bande de 7 musiciens de Caroline du Nord évoque Blonde Redhead mais surtout le Sian Alice Group, sans pourtant n’être jamais aussi rock que les premiers ni aussi hermétiques que les seconds. La voix aérienne d’Emma Nadeau est souvent mise en valeur, un peu à la Jonsí, et amène une dimension beaucoup plus planante que l’opus précédent, sur lequel Picker prenait plus de temps de micro.

Picker, un musicien de formation classique, a vécu un traumatisme en 2009 lorsque sa mère, elle-même artiste, s’est enlevée la vie. Sans renier la douleur ni faire fi de son deuil, le fils a décidé de rendre hommage à sa mère en lui composant cet album. Entièrement écrit avec le portrait de sa mère (celui qui orne la pochette de cet album) bien en vue, « A Church That Fits Our Needs » n’est pas une œuvre triste pour autant. Il s’agit plutôt un recueil de chansons intenses, sincères, élégantes, fortes dans leur douceur, belles dans leur noirceur. Un portrait artistique plus que nécrologique. Un bouquet plutôt qu’une couronne de fleurs. Un beau moment à passer avec un humain qui a réussi à transcender ce malheureux événement en quelque chose de beau.

- Desc. : Folk orchestral
- R.S.V.A. : Owen Pallett, Shearwater, The Old Ceremony

Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0