[]

Monogamies - Comment une chanteuse country a fucké ma vie sexuelle

Accueil du site > Musique > L > LONEY DEAR

Dear John

LONEY DEAR

Polyvinyl

dimanche 10 janvier 2010, par Éric Dumais

(4/5) Le suédois Emil Svanängen vient de signer avec l’étiquette Polyvinyl (Of Montreal, Owen, Japandroids) son quatrième album en carrière. Et Dear John est de loin son meilleur opus jusqu’à maintenant.

Deux longues années se sont écoulées depuis la parution de son dernier album, Loney, Noir (2007), un ensemble folk-pop indie prometteur qui ressemble énormément à Dear John, contrairement à Sologne (2006), qui regorge de mélodies pop un peu redondantes. Étonnamment, Emil Svanängen a réussi à se surpasser encore une fois en réalisant un quatrième effort empreint de sonorités 80’s organiques et électroniques. Dear John est un opus de 11 pièces musicales composées avec une finesse et une sensibilité inouïes, par-dessus lesquelles le chant svelte et calme du multi-instrumentaliste Emil Svanängen accompagne à merveille des mélodies tantôt joyeuses, tantôt sombres. Airport Surroundings, le premier single, ouvre l’album avec une note plutôt déstabilisante, car le rythme est rapide, la voix un rien anxieuse, et les arrangements électroniques incitent à la vitesse, voire à l’accéléré. Avec Everything Turns To You, l’ambiance électronique prend d’assaut la mélodie avec un beat aussi rapide que la précédente. La voix d’Emil Svanängen est presque gémissante, tellement le ton de la mélodie est désespéré. Dear John, dans son lot de succès, offre également la très excellente ballade I Was Only Going Out, dont le vidéo-clip est déjà disponible sur Internet. À certains moments, on a l’impression d’être bercé par une mélodie de Coldplay, alors qu’à d’autres instants les berceuses dépenaillées de Múm nous viennent à l’esprit. Mais toutes ces impressions ne sont que passagères, car les compositions de Loney Dear respirent l’authenticité et la sensibilité d’un musicien d’expérience. De fait, Emil Svanängen ne se gène pas pour quitter la pop indie avec Under A Silent Sea, qui ressemble à une vague électro à la Tiësto ou encore à la Armin Van Buuren.

Finalement, Distant, vers la fin de l’opus, est probablement la plus belle ballade jamais composée par le jeune Suédois. Sa voix est formidablement douce et sereine et la mélodie qui traverse la chanson est d’une beauté stupéfiante. Le ton s’accélère et le rythme électro s’amplifie, pendant que des notes de carillon préparent le mélomane à un instant magique : des chœurs féminins s’emparent de la mélodie pour nous faire frissonner de plaisir, et ce, de la tête aux pieds.

Emil Svanängen, depuis la parution de son premier album, a toujours aspiré à la perfection, même qu’il s’était promis, un jour, de réaliser un chef-d’œuvre incontesté de la musique pop indie. Eh bien, ce chef-d’œuvre, c’est Dear John.

- Desc. : Folk-pop indie
- R.S.V.A. : The Legends, Peter Bjorn & John, Belle & Sebastian

Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0