[] [] [] [] [] []

SALON DU DISQUE ET DES ARTS UNDERGROUND DE MONTRÉAL

Accueil du site > Musique > L > LITTLE SCREAM

The Golden Record

LITTLE SCREAM

Secretly Canadian/Outside

vendredi 10 juin 2011, par Nicolas Pelletier

(3/5) Little Scream est le pseudo de Laurel Sprengelmeyer. Cette artiste basée à Montréal produit une musique vaporeuse, mettant de l’avant sa douce mais puissante voix qu’on entend parfois teintée d’effets ou multipliée en de nombreuses couches harmonisées (Your Radio). Bien que dominante et captivante, la voix de Sprengelmeyer n’est pas le seul élément intéressant de ce « Golden Record », lancé le 24 mai dernier au Il Motore. La participation de son pote Richard Reed Parry, que le succès d’Arcade Fire a rendu célèbre, y est pour quelque chose.

Les ambiances sont intéressantes et les montées en intensité savamment orchestrées, mais on cherche en vain la mélodie mémorable qui accrocherait instantanément l’oreille. Seule la douce et magnifique The Heron and the Fox a ce potentiel d’accroc immédiat, et c’est probablement celle qui est la plus conventionnelle dans le moule folk de tout l’album, presque non-représentative de l’ensemble de l’œuvre. Avec cet élément mélodique maîtrisé, Little Scream se rapprocherait de ce que les Dévics et même Mazzy Star ont atteint. La base est toutefois très bonne : le mariage de guitare réverbérée, de violoncelle et de subtils claviers sur Black Cloud est bien dosé. On entend tout distinctement et on est également en mesure d’apprécier les notes graves du violoncelle ainsi que le lointain sifflement, lui aussi allègrement enrobé de réverbération. "The Golden Record", le premier opus « solo » de Sprengelmeyer, contient une belle palette de styles. Guyegaros et ses guitares saturées, Boatman et son intro classique, People is Place (une autre belle réussite de l’album) et son minimalisme intime... On demeure dans l’ambiant et le vaporeux, mais de différentes façons. L’omission de tout élément rythmique y contribue certainement. Certaines pièces, comme The Lamb, sont quand même assez entraînantes, dans le sens qu’elles incitent notre esprit à vaquer, à s’envoler.

L’auteur-compositrice-interprète qui tient également les guitares sèches et électriques a grandi à Dubuque en Iowa, avant de suivre son amoureux à Montréal il y a une dizaine d’années. Inscrite en design à l’Université Concordia, elle fait de belles rencontres parmi les artistes anglos de la Métropole, œuvrant en cinéma et en musique, dont Parry. Elle joue au sein de Ladies Luncheon avant d’adopter le pseudo de Little Scream en 2007.

Cet album plaira donc à ceux et celles qui aiment se laisser tanguer dans des ambiances vaporeuses. Little Scream amène toutefois un élément distinctif : la voix de Sprengelmeyer y est puissante et affirmée. Elle ne se contente pas d’harmonies réverbérées, elle mord dans chaque mot.

- Desc. : indie pop folk
- R.S.V.A. : Mazzy Star, Dévics, Kate Bush

Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0