[]

Les Criquets Crinqués (CISM 89,3 FM)

Accueil du site > Musique > L > LEBLANC, LISA

S/T

LEBLANC, LISA

Bonsound

mardi 27 mars 2012, par Nicolas Pelletier

(3.5/5) Autant Chantal Archambault est attachante, autant Lisa LeBlanc a du caractère. Les deux auteures-compositrices-interprètes qui adorent le country ont du panache et une excellente plume ! De jeunes artistes à découvrir si pour vous, avoir une voix unique est plus important que le possible dégoût que vous inspire peut-être le country (j’avoue que c’est un peu mon cas…).

Ça ne doit pas être de tout repos d’être le chum (ou l’ex) de mademoiselle LeBlanc. Elle le « barouette » selon ses humeurs, pas toujours en prenant des gants blancs (Câlisse-moi là / Vas-y jusqu’au boutte / Finis-moi ça / Câlisse-moi là / J’te bet qu’t’es pas game / Trop peureux d’voir que j’aimerais p’têt’ ça) mais en ayant le mérite d’être claire ! Son country folk plaira assurément aux fans de Fred Fortin, de Dany Placard et de Chantal Archambault, puisqu’il est aussi franc, aussi rentre-dedans, aussi réaliste tout en étant poétique. Quand elle lance « J’t’effacerai comme les brouillons de chansons poches que je t’ai écrites, je les jetterai au feu et ils brûleront », on sent la plaie encore trop fraîche, la douleur trop vive, que seuls les bons auteurs savent saisir et illustrer.

Lisa a un petit côté Mara Tremblay lorsqu’elle joue la carte de l’intimité (Avoir su), un petit côté Ani DiFranco lorsqu’elle mord dans les mots et secouant frénétiquement sa guitare (Chanson d’une rouspéteuse), un petit côté Philippe B pour l’amertume des histoires d’amours déchues (Lignes d’Hydro) mais demeure unique par son fort accent acadien, sa grosse voix blues puissante, sa plume franche et bien sentie (elle lâche quelques « osties » bien placés, jamais exagérés parce qu’ils viennent du « guts »). Finalement, un petit quelque chose qui rappelle Daniel Boucher par moments. Son premier album est réalisé par Louis-Jean Cormier (de Karkwa) et a été enregistré au Studio Piccolo, à Montréal, où la brune chanteuse vit depuis un an.

Elle possède une voix en béton, cette jeune Néo-Brunswickoise de Rosaireville ! Une voix qui a visiblement été formée par de nombreuses heures à chanter à tue-tête dans les bars des alentours de son village de 40 âmes. Une voix qui sonne beaucoup plus « vieille » que la jeune vingtaine d’années qu’elle porte en réalité. Une plume et une présence qui lui ont permis d’être élue grande gagnante de la finale du Festival international de la chanson de Granby en septembre 2010, rien de moins ! Cette jeune femme souriante et fonceuse n’en est pas à son premier album, soyez-en certain.

- Desc. : Country folk sale
- R.S.V.A. : Mara Tremblay, Dany Placard, Bernard Adamus

Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0